photo de

Numéro Vert Unique de l'Unité de Psychotrauma

25 novembre 2022 05:09

photo de

SISM 2022 : on fait le bilan

10 octobre 2022 09:01

Les Semaines d’information sur la santé mentale (SISM) s’adressent au grand public. Chaque année, citoyens, associations, professionnels organisent des actions d’information et de réflexion dans toute la France. L’OMS estime qu’une personne sur 4 est confrontée au cours de sa vie à une problématique de santé mentale soit de la souffrance psychique soit une pathologie psychiatrique. Cette semaine d’information concerne tout le monde. 
Pour la Réunion, l’Etablissement Public de Santé Mentale Réunion a choisi de l’organiser cette semaine du 03 au 07 octobre. Près de 800 personnes ont participé à l’ensemble de la Semaine d’Information sur la Santé mentale.  

L’avant-première avec le ciné débat 
Le 23 septembre, 120 personnes ont participé au ciné débat avec la diffusion du film « La forêt de mon père » dont le synopsis est : « Gina, 15 ans, grandit dans une famille aimante en lisière de forêt. Elle admire son père Jimmy, imprévisible et fantasque, dont elle est prête à pardonner tous les excès. Jusqu’au jour où la situation devient intenable : Jimmy bascule et le fragile équilibre familial est rompu. (…) ». 
La réalisatrice du film, Véronique Cratzborn présente en visio a pu échanger avec le public. Le ciné-débat  a en effet ouvert le dialogue entre familles, usagers, soignants et étudiants en écoles de soins.  Et le succès fut au rendez-vous, devant une audience de 170 personnes au Mercure Créolia (St Denis).  Merci encore à l’ensemble des organisateurs, partenaires, et à la direction de l’EPSMR, pour la tenue d’un si bel événement

Ouverture avec la thématique de la « Culture à l’hôpital » 

Reportage vidéo en lien ici : YOUTUBE 

Lundi 03 octobre, l’ouverture de la SISM s’est faite sur la thématique de la « Culture à l’hôpital ». Depuis deux ans, grâce aux différents dispositifs mis en place par l’ARS et la DAC Réunion, avec le programme ‘Culture et Santé, par la Région Réunion avec le programme ‘GUETALI’ et le TCO par le biais de l’Ecole Intercommunale de l’Ouest, l’EPSMR a pris l’engagement fort d’intégrer pleinement et développer une politique culturelle au sein de l’établissement. 
Gérard Cotellon, DG de l’ARS Réunion, présent à l’ouverture, a même rappelé une phrase d’Edouard Herriot: « La culture est ce qu’il reste à l’homme quand il a tout oublié ». Il était donc essentiel pour l’EPSMR d’ouvrir cet événement sur la thématique culturelle. 
La table ronde a été composée de : 
•    Guylène Tacoun, Directrice de la Direction des Affaires Culturelles de la Réunion (DAC Réunion) 
•    Marie Hamon, Responsable de la mission Prévention, Culture & santé à l’ARS 
•    Olivier Mussard, Responsable pédagogique et artistique à l’Ecole Artistique Intercommunale de l’Ouest (EAIO)
•    Lydie Delgard, Responsable du dispositif Guetali à la Région Réunion 
•    Jérome Sachet, professionnel de l’Equipe d’Activités Occupationnelles de l’EPSMR 
•    Diane Payet et Franck Saint Lambert, cadres des unités Vanille et Zevi de l’EPSMR 
•    Yann Brassoud, cadre de la Maison des adolescents 
•    Dr Ernould, pédiatre du CHOR 
•    Des artistes : 
o    Kafmaron, atelier maloya 
o    Gael Velleyen, atelier de musique et d’écriture 
o    Elodie Beucher, manager d’une compagnie de danse et de dessin

«La culture donne une pulsion de vie aux patients » déclare Diane Payet. En effet il est ressorti de la table ronde tous les bienfaits des activités culturelles sur les patients en santé mentale. « Par exemple la musique, cela touche le patient par les mots, par les harmonies, par les émotions… » …  « L’art, la musique, la danse ou le chant sont des techniques thérapeutiques qui donnent une affirmation de soi aux jeunes ou adultes qui sont en difficultés. On a pu voir par exemple des adolescents changer positivement au fil des ateliers » explique Dr Ernould. 
C’est enrichissant aussi pour les artistes « les intervenants ressortent à chaque fois touchés et s’enrichissent énormément dans l’évolution de la leur discipline » relate Elodie Beucher. Idriss de Kafmaron raconte lui : «L’expérience a été surprenante pour moi la première fois car le public est intergénérationnel et diversifié. La santé mentale touche tout le monde. Le jour de mon concert donné en intra à l’EPSMR, les patients sont venus sur scène, et ont commencé à diriger les musiciens. Ma la assiz ek toute de moun é ma la assist à mon prop konser. »
La table ronde a été très enrichissante et surtout concluante. En effet, il a été conclu que le travail partenarial était indispensable pour faire évoluer les projets. Il sera d’ailleurs envisagé de monter une maison de la culture à l’intérieur des murs de l’EPSMR où pourront se produire des résidences d’artistes. La DAC Réunion a aussi rappelé l’objectif de mettre en place un label Culture. «On construit ensemble pour l’autre » a déclaré Guylène Tacoun. 

Jour 2 : Les jeunes en santé mentale 

Mardi 04 octobre, la table ronde portait sur la thématique des jeunes en santé mentale, tout en raccrochant au fil conducteur de la semaine, la culture. 
Cette thématique représente un enjeu important à aborder car les jeunes sont les adultes de demain et c’est l’avenir de notre société est en jeu à travers le bien être des jeunes. Pour traiter de cette question ont été présents : 
-    Les artistes : 
o    Zanmari Baré : atelier de musique, maloya et écriture 
o    Eric Naminso : atelier d’écriture fonnker
o    Olivier Néry : atelier street art et graph 
-    Dr Jean Baptiste : psychiatre de l’EPSMR 
-    Prisca Vidot : psychologue de la Maison des ados
-    Dominique Koytcha : assistante sociale de la maison des ados 
-    Yoann Briand : infirmier du dispositif Kozé Jeunes 
« La musique est une clé universelle pour entrer dans l’univers de l’adolescent. Les jeunes avec qui j’ai travaillé m’ont donné la place de travailler avec eux» explique Zanmari Baré. « La musique donne l’occasion aux patients de s’ouvrir à l’autre ». Eric Naminzo lui raconte « j’interviens avec le mot et le son, et surtout avec un ancrage local. La puissance du mot dans son coté poétique et artistique. Quand on met la musique, on arrive à créer du lien. » 
Olivier Néry, grapheur est lui intervenu dans des ateliers de street art à la Maison des adolescents. « J’essaie de faire ressortir leur personnalité à travers leur dessin, l’idée est de travailler ainsi la valorisation de soi, la confiance par rapport à soi-même et ‘l’ouverture à l’autre » 
Du côté des professionnels de la MDA, « l’art fait partie de la vie et l’art est un moyen fondamental pour aider les gens en général. Il faut savoir que l’art thérapie est le traitement numéro 1 auprès des jeunes, bien avant les médicaments » explique Dr Jean Baptiste. En effet une patiente adolescente présente a témoigné : « j’ai participé à des ateliers avec la MDA ; j’ai beaucoup appris sur moi en tant qu’adolescente et cela m’a aidé dans ma construction. Cela a été un soutien pour apprendre à gérer mes émotions. A travers ces ateliers j’ai découvert une nouvelle passion, c’est l’écriture en créole pour écrire mes émotions. » 
Enfin, l’angle de la prévention a été abordée, car la question du repérage chez les jeunes sont primordiaux. Un des dispositifs de l’EPSMR est la ligne d’écoute et d’orientation santé Koze jeunes pour les 12 à 25 ans. « Il est important d’aller à la rencontre des jeunes et par exemple de faire appel aux artistes connus pour impliquer les jeunes dans le dispositif », explique Yoann Briand. Le projet est de travailler l’accroche et sera donc de créer une chanson sur Kozé jeunes avec un artiste et de créer un lien plus fort avec les jeunes en étant présent sur les réseaux sociaux. 

Jour 3 : Les usagers et leurs droits 

La table ronde a abordé le sujet sous l’angle de : ‘La culture est un droit fondamental de l’être humain. Au-delà du droit commun, c’est un droit humain.’ Tous les autres droits ont aussi été évoqués : les droits fondamentaux : droit au respect, au culte ou le droit à l’information, mais aussi l’accès aux soins, l’accès à l’emploi et au logement. Pour discuter de ce sujet : 
- Hélène Chusseau : Pair-aidante à l’EPSMR 
- Laure Sabban : responsable de la Maison des usagers de l’EPSMR
- Marylène Singabrayen Tampigny : déléguée régionale de l’UNAFAM et représentante des usagers 
- Rivière Dessodt : représentant la CAF 
Hélène Chusseau a abordé le thème en relatant sa propre expérience en hospitalisation « l’information c’est le pouvoir et pour reprendre le pouvoir sur sa vie il faut connaitre sa maladie, ses soins… c’est s’informer. Avoir toutes les informations c’est se saisir de sa vie pour réussir à se rétablir »
« La maison des usagers met à disposition des patients et familles des outils, des plaquettes d’information, pour accompagner les personnes en fonction de leur demande et de leurs besoins, sur le temps de l’hospitalisation mais pas que. » explique Laure Sabban. «Avant d’être patient on est citoyen et un patient qui connait ses droits est un patient plus fort, qui peut mobiliser plus de ressources et les bonnes personnes pour l’accompagner dans sa prise en charge. […] Nous avons des permanences associatives, un guichet unique avec la CAF, des permanences juridiques, de pair-aidant… »
D’ailleurs l’UNAFAM dont le but est d’accompagner les familles de patients en santé mentale organise aussi des groupes de paroles, reçoit et informe les familles, organise des journées d’information… 
Il a été conclu qu’en travaillant étroitement en collaboration avec les usagers, l’accès aux droits a beaucoup évolué ces dernières années et l’EPSMR souhaite continuer sur cette voie.

Jour 4 : Aller vers et à la ville 

La problématique du logement, du retour à la maison après l’hospitalisation et de la précarité a été discutée avec autour de la table : 
-    Anthony SERAPHIN : coordonnateur des assistants sociaux de l’EPSMR 
-    Nathalie Laot : Association Alon déor 
-    Nicolas Denjean de la Kaz'oté
-    Sandrine Landon du Care
-    Velio Aurélie + Coquemont + Robin de l’Equipe mobile de précarité

Il a été question d’aborder les sujets de la sécurisation de la sortie d’hospitalisation des patients, de leur réinsertion dans leur vie après son hospitalisation, l’accès au logement, leur ouverture à la cité et leur réinsertion psychosociale. 
« Quand le patient reprend le pouvoir sur sa vie, qu’il s’occupe de lui, qu’il reprend un quotidien classique, qu’il travaille, qu’il a un logement etc… il prend conscience de sa reprise de vie » 

Nicolas Denjean explique «Aller vers le patient, on essaie de le faire le plus possible. Former et sensibiliser les structures de première ligne : structures d’hébergement, écoles… ou casser les préjugés c’est un travail nécessaire au quotidien. Cela doit être une démarche communautaire que d’accompagner un malade en santé mentale dans son quotidien hors hospitalisation. » 

Jour 5 : La 1ère Journée Réunionnaise de Prévention du Suicide 

La 1ère édition de cette journée a été un succès en attirant près de 200 professionnels de santé. 

Le Centre Régional de Prévention du Suicide (CRPS) de l’EPSMR a organisé, la 1ère journée réunionnaise de prévention du suicide, en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé de La Réunion.
A l’occasion de la venue des équipes nationales qui font référence dans le champ de la suicidologie, le CRPS a souhaité donner l’opportunité aux professionnels réunionnais de participer à des temps de présentation et des ateliers thématiques sur une journée. 
Cet événement a été aussi l’occasion pour le CRPS de pouvoir expliciter ses missions et détailler l’ensemble de ses actions. Mais aussi de donner accès aux participants à une information actualisée dans un champ en pleine expansion avec la mise en place de nouveaux dispositifs (3114, programme Papageno…). 

Pour conclure la Semaine a été dense et riche en échanges. Elle a permis de faire rencontrer le monde de la santé mentale au grand public et aussi de travailler le réseau de professionnels pour monter des projets au service des patients. Rendez-vous l’année prochaine ! 

 

 

A propos des SISM 
Créées en 1990, les Semaines d’information sur la santé mentale (SISM) sont une manifestation annuelle coordonnée par un collectif de 23 partenaires. Chaque année, un nouveau thème est proposé afin qu’associations, citoyens, usagers et professionnels se mobilisent et organisent des actions d’information et de réflexion dans toute la France.

LES CINQ OBJECTIFS DES SISM 

1. SENSIBILISER le public aux questions de Santé mentale. 
2. INFORMER, à partir du thème annuel, sur les différentes approches de la Santé mentale. 
3. RASSEMBLER par cet effort de communication, acteurs et spectateurs des manifestations, professionnels et usagers de la santé mentale. 
4. AIDER au développement des réseaux de solidarité, de réflexion et de soin en santé mentale. 
5. FAIRE CONNAÎTRE les lieux, les moyens et les personnes pouvant apporter un soutien ou une information de proximité. 



 

photo de

Inauguration des unités de crise Zévi et Vanille

7 octobre 2022 05:22

Le jeudi 06 octobre, Laurent BIEN, directeur de l’EPSMR, Gérald INCANA, Président du Conseil de Surveillance de l’EPSMR et Président de la FHF OI, François APPAVOUPOULLE, Président de la CME ont inauguré en présence de M. COTELLON, DG de l’ARS Réunion et de de M. SERAPHIN, Maire de Saint-Paul et également Président du Conseil de Surveillance du CHOR, les unités de crise Adultes « Zevi » et Adolescents « Vanille » à l’EPSMR de Cambaie à Saint-Paul.

Gérald Incana a rappelé : « Il y a encore 8 ans, La Réunion était en retrait par rapport à la métropole d’à peu près 1/3 sur tous les indicateurs : nombre de lits, de consultations, de professionnels… les soins critiques pour adultes et enfants n’étaient pas en reste et l’EPSMR en a fait une autre de ses priorités. Aujourd’hui nous inaugurons, les unités Vanille et Zévi, moment important pour la santé mentale.» M. Cotellon a appuyé en déclarant « nous devons offrir aux patients et surtout aux patients en crise des dispositifs de prise charge urgents, rapides et efficaces tout en respectant le droit humain».
L’objectif est donc atteint aujourd’hui avec les unités de crise Zevi et Vanille qui ont ouvert leurs portes en mars 2022 et qui ont été inaugurés aujourd’hui.

L’unité Vanille

Pour revenir à la genèse « les adolescents de 16 à 18 ans se retrouvaient souvent dans des pavillons adultes, ce qui était tout à fait inadapté. Avec l’aide de l’ARS de La Réunion, nous avons fait le pari de re-modéliser cette unité pour accueillir les jeunes jusque 18 ans. La remise à neuf du bâtiment a ainsi pu être corrélé à l’élaboration d’un projet d’unité structuré proposant de nouvelles activités.
Entre le lancement du projet en 2019, sa validation par nos instances et par l’ARS de La Réunion en 2020, c’est en novembre 2021 que la réalisation définitive du projet s’est faite après 11 mois de travaux. En tout, la rénovation de l’unité Vanille a généré un investissement de 1,6 M€ (hors ressources humaines). Sur le 1er semestre 2022, l’unité a déjà accueilli 67 patients. »
a expliqué Laurent Bien.

L’unité Vanille s’adresse à des enfants et adolescents dont l’état de santé nécessite des soins permanents (24h/24h). Le rythme et la durée de l’hospitalisation sont variables et ajustés par l’équipe pluri professionnelle avec l’enfant et la famille. La scolarité peut être maintenue sur place.
Le pavillon Vanille est géographiquement organisé en deux sous-secteurs avec une section de 10 lits (6 chambres individuelles et 2 doubles) et une autre section de 4 lits (4 chambres individuelles).

L’unité Zévi

« Du côté de l’unité Zévi, très attendu à La Réunion, il a été question de pouvoir apporter des soins adaptés aux patients difficiles à prendre en charge dans les unités psychiatriques polyvalentes de la zone Océan Indien. Auparavant, nous avions recours à des unités spécialisées en métropole. Aujourd’hui, nous avons répondu au besoin de proximité de prise en charge de nos patients, dans son environnement et avec la possibilité que le lien familial soit plus facilement maintenu. Le projet a suscité un investissement de 2,8M€ (hors ressources humaines). Depuis son ouverture, nous avons comptabilisé 41 demandes d’orientation vers l’unité et 36 patients ont ainsi pu être admis. »déclare Laurent Bien.

L’unité Zévi d’une capacité de 12 lits garantit la prise en charge de patients :
- présentant un trouble psychiatrique en phase aiguë et dont les symptômes sont difficilement contrôlables dans une unité de psychiatrie classique,
- sous mains de justice incarcérés nécessitant des soins psychiatriques en hospitalisation complète
- ou hospitalisés au long cours et présentant des troubles du comportement de type agressifs.

Dossier de presse complet ici

photo de

Semaine d'Information à la Santé Mentale 2022

2 septembre 2022 13:00

 

 

 

La Semaine d'information à la Santé Mentale prend la forme cette année de tables rondes portant sur des thématiques diverses en lien avec l'environnement général des patients ou de leurs familles: l'environnement en intrahospitalier, en extra hospitalier, l'environnement géographique et le retour à la maison, l'environnement culturel, social, familial ...
L'EPSMR qui met en oeuvre une forte politique culturelle dans son établissement avec le programme «Culture et Hôpital» propose aussi de faire un focus sur le sujet et souhaite mettre en lumière les partenaires et artistes de ce programme à travers des performances artistiques et concerts. La SISM représente l'occasion parfaite de les remercier pour leur investissement, et d'y associer usagers et professionnels autour d'un moment convivial.

Inscription avant le 27 septembre sur le lien : cliquez ici 

ou par mail sur direction@epsmr.org 

Infos au 02 62 74 00 10 

 

Programme du 03 au 06 octobre 2022,tous les soirs dès 17hau Domaine des Palmiers à Saint-Paul 

Lundi 03 octobre

Allocution d'ouverture de la SISM
Directeur EPSMR - CHOR, Président de la CME EPSMR, Président du Conseil de Surveillance EPSMR
Directeur Général ARS La Réunion, Députée de la circonscription, Présidente du Conseil Régional, Maire de Saint-Paul (invités à confirmer)
Table ronde «Culture et Santé»
Intervenants partenaires: ARS, DAC 01, Région Réunion, TCO, Député de La Réunion, Frédéric Maillot
Artistes partenaires: Kafmaron, Elodie Beucher (Cie «Qu-avez-vous fait de ma bonté»)
Equipe soignante et usagers de l'EPSMR

PERFORMANCES ARTISTIQUES
Arnaud Jamet, artiste peintre
Démonstration de moring de l'association Moring Réunion

Concert de Kafmaron 

Mardi 04 octobre
Table ronde «Jeunes et santé mentale»

Présentation de Kozé Jeunes
Retour d'expérience des équipes soignantes de l'EPSMR et de l'Education Nationale
Focus sur l'art thérapie et la culture

PERFORMANCES ARTISTIQUES :
Olivier Néry, Grapheur
Conteuse

Concert de Zanmari Baré

Mercredi 05 octobre
Table ronde «Les usagers et leurs droits»

La Maison des Usagers de l'EPSMR
Les partenaires de l'EPSMR: CAF, UNAFAM
Les représentants des usagers
Hélène Chusseau, Pair-aidante à l'EPSMR

PERFORMANCE ARTISTIQUE :
Démonstration de moring de l'association Moring Réunion

Concert de Davy Sicard

Jeudi 06 octobre
Table ronde «Retour vers et aller à la ville»

Coordinateur des assistants sociaux de l'EPSMR et la MDU de l'EPSMR sur le Point Ecoute Famille 
Association Handi Santé 974
Association Alon Deor

PERFORMANCE ARTISTIQUE :
Mika H et Brice Lee 

SPECTACLE : Niko Garo

 

photo de

Partenariat CEPS/MDA : un espace de parole sur la santé sexuelle dédié aux jeunes

1 septembre 2022 04:37

SANTE SEXUELLE :

« Il n’y a jamais de question bête, ose parler à la médecin spécialisée à la MDA »

Depuis mai 2022, en partenariat avec la Maison des Adolescents de l’Ouest, le Centre d’Education et Prévention Santé du CHOR met en place, pour les moins de 18 ans, un espace de parole avec une médecin spécialisée sur les questions liées au genre, à l’orientation sexuelle, aux transformations corporelles lors de la puberté, à la contraception et tout ce qui se rapporte à la « santé sexuelle » en général.

Les jeunes sont invités à contacter la MDA pour prendre RDV :
0262 74 22 40.

 

Télécharger l'affiche

 

photo de

1ère journée Réunionnaise de Prévention du Suicide - vendredi 7 octobre 2022

23 août 2022 07:06

En partenariat avec l'ARS de La Réunion,
le Centre Régional de Prévention du Suicide de l'Etablissement Public de Santé Mentale organise la 

1ère journée Réunionnaise de Prévention du Suicide

qui aura lieu le 7 octobre 2022, au Récif.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 6 septembre
et se font par email auprès de formationcontinue@epsmr.org 

Participation : 50 €

 

Consulter le programme: cliquez ici

Télécharger l'affiche: cliquez ici

 

Evénement ayant lieu dans le cadre des 

 

photo de

Dernières publications : santé mentale / prévention du suicide

28 juillet 2022 04:26

Dans le numéro de juin 2022 de STRATEGIE ET SANTE du JIR, focus sur la santé mentale (p.34) :

 

Dans le numéro de juillet de PREVENTION REUNION, focus sur la prévention du suicide et les dispositifs existants à La Réunion :

photo de

Le projet d’établissements 2022 – 2026 du CHOR et de l’EPSMR finalisé

27 juillet 2022 07:43

 Ce document stratégique fixe les grandes orientations qui vont marquer l’évolution des 2 établissements pour les 5 années à venir et donc fixer le cap. Bâti avec les forces vives des ressources internes du CHOR et de l’EPSMR (plus de 200 agents), ce projet est le fruit de multiples processus de concertation et d’un vote à l’unanimité aux Instances des deux établissements de santé de l’Ouest en décembre 2021.

En route vers 2026 ! Ansamn sa minm minm nout shömin !

Lien vers le PE CHOR et EPSMR 2022- 2026 
Consulter le communiqué de presse

photo de

Supplément QUOTIDIEN CHOR et EPSMR

22 juillet 2022 11:56

    A l’occasion des 3 années d’ouverture du CHOR, l’établissement a souhaité faire un bilan et aborder les perspectives d’avenir et ses nouveaux projets. Jouissant d’une Direction commune avec l’EPSMR, ce supplément de 52 pages était l’occasion aussi de présenter l’Etablissement Public de Santé Mentale, ses activités et ainsi de participer à la dé-stigmatisation de la santé mentale auprès des Réunionnais.

    A l’occasion des 3 années d’ouverture du CHOR, l’établissement a souhaité faire un bilan et aborder les perspectives d’avenir et ses nouveaux projets. Jouissant d’une Direction commune avec l’EPSMR, ce supplément de 52 pages était l’occasion aussi de présenter l’Etablissement Public de Santé Mentale, ses activités et ainsi de participer à la dé-stigmatisation de la santé mentale auprès des Réunionnais.

    Pour consulter le supplément du QUOTIDIEN, cliquez ici.

    photo de

    Signature du Contrat Territorial de Santé Mentale ( CTSM)

    23 février 2022 10:08

    L’ARS de la Réunion et les représentants de la Communauté Territoriale de Santé Mentale 974 ont signé le 18 février 2022 le Contrat Territorial de Santé Mentale (CTSM).

    D’une durée de 4 ans, le CTSM porte les fondements de la Politique Territoriale de Santé Mentale 2019- 2023 (PTSM) et formalise les engagements des signataires à améliorer et renforcer le parcours de santé des Réunionnais présentant des troubles psychiques. 

    A La Réunion, jusqu’en 2018, l’offre de soins psychiatrique était inférieure de 30% à la métropole, générant des tensions sur les capacités de prise en charge et la qualité des accompagnements.

    Mais depuis 2018, la santé mentale est l’une des priorités nationales de santé publique avec :

    • l’élaboration de la feuille de route nationale santé mentale et psychiatrie,
    • la mise en place d’un plan de rattrapage national visant à corriger les inéquités entre les régions.

    Ces orientations ont nourri le CTSM de la Réunion.

    L’attribution de moyens financiers est essentiel à la mise en œuvre du PTSM et du CTSM.

    Au final, ce sont près de 41 millions d’euros supplémentaires qui seront consacrés aux activités de psychiatrie sur la durée du CTSM.

    Les 7 grandes priorités régionales du CTSM qui ont été déclinées en actions :

    • Eviter les principales ruptures de prise en charge des adultes en renforçant de manière significative l’offre de proximité dans les CMP et en créant les unités de soin faisant défaut sur le territoire,
    • Améliorer la prise en charge de la santé mentale des enfants et des adolescents, notamment en consolidant la psychiatrie périnatale et la filière spécifique à destination des adolescents,
    • Structurer la filière de soins psychiatriques à destination des personnes âgées,
    • Déployer des dispositifs spécialisés, à vocation intersectorielle voire régionale, par exemple la prise en charge du psychotrauma ou la prévention du suicide,
    • Renforcer les coopérations entre les acteurs de la santé mentale, notamment dans le cadre de la recherche,
    • Renforcer le soutien aux aidants,
    • Favoriser la réhabilitation psychosociale des personnes souffrant de troubles psychiques.

    Pour plus d’informations, consultez le dossier de presse.

     

    photo de

    Opération Pièces Jaunes

    19 janvier 2022 08:26

     

    Depuis 1989, Pièces Jaunes a permis de financer plus de 9 200 projets dans les hôpitaux pour améliorer le quotidien des enfants et des adolescents hospitalisés.

     

    Cette année, le rendez-vous annuel de la solidarité aura lieu du 12 janvier au 5 février 2021.

     

    Pour cette édition, tout peut devenir une tirelire Pièces Jaunes. Il suffira par la suite de la déposer dans les bureaux de Poste en France et dans les DROM.

     

    Le don en ligne est toujours possible sur

    www.piecesjaunes.fr 

     

     

    photo de

    Les appels au Numéro National de Prévention du Suicide peuvent désormais être gérés localement !

    17 janvier 2022 10:47

    Actif sur le plan national depuis le 1er octobre, le Numéro National de Prévention Suicide (3114) permet de répondre aux besoins immédiats des personnes en recherche d’aide : écoute, évaluation, intervention, urgence, orientation ou accompagnement ainsi que des professionnels en contact avec des personnes en détresse ou en quête d’information sur le suicide et sa prévention. Depuis ce mois de janvier 2022, le Centre Régional de Prévention du Suicide de l’Etablissement Public de Santé Mentale de La Réunion (EPSMR) gère localement les appels provenant de La Réunion et bientôt de Mayotte.

    Voir le communiqué de presse du Ministère de la Santé
    Voir le communiqué de presse de l'ARS de La Réunion

     

    Une organisation locale pour une réponse de proximité

    Partout en France, lorsque l’usager composera le 3114, il sera redirigé vers le centre répondant le plus proche de chez lui. Depuis ce début d’année, la territorialisation des appels est effective avec la mise en place du centre régional Océan Indien porté par l’EPSMR.

    Au bout du fil, du personnel soignant, supervisé par un médecin spécialiste, et spécifiquement formé à la prise en charge de la souffrance psychique et à la prévention du suicidesera en mesure :

    • d’évaluer le niveau de souffrance,
    • d’écouter, sans jugement et avec bienveillance,
    • de soutenir et aider à résoudre la crise de façon adéquate,
    • d’orienter vers les acteurs du territoire pour une prise en charge adaptée aux situations,
    • de s’assurer que la personne n’est pas en situation de danger et, si tel est le cas, de mettre en place les mesures pour la protéger,
    • d’informer.

    Répondre aux besoins de la population

    Ce nouveau dispositif a pour objectif de réduire le nombre de suicides en Métropole et en Outremeren offrant aux citoyens en grande souffrance une ligne téléphonique qui apporte une réponse professionnelle, 24h/24 et 7j/7, en lien avec les acteurs du territoire pour une réponse adaptée à chaque situation.

    Les appels sont gratuits et anonymes.

    Ce numéro national s’inscrit dans le cadre de la stratégie globale de prévention du suicide. Il est complémentaire du dispositif VigilanS qui repose sur une équipe de professionnels de santé mentale missionnée pour garder un lien avec les personnes ayant récemment fait une tentative de suicide, et prévenir ainsi une éventuelle réitération suicidaire. VigilanS Océan Indien est déjà déployé à La Réunion et porté également par l’EPSMR.

     

    Pour en savoir plus et accéder aux ressources en ligne :
    www.3114.fr

    photo de

    Meilleurs voeux 2022 !

    14 janvier 2022 08:13

    L'Etablissement Public de Santé Mentale de La Réunion vous souhaite une très bonne année 2022 !

    photo de

    Mise en place du pass sanitaire à l'EPSMR à compter du lundi 9 août 2021

    6 août 2021 13:07

    Conformément à la loi du 25 juillet 2021 dont le texte a été adopté par la Commission des Lois Constitutionnelles, de la Législation et de l’Administration Générale de la République et validé dans sa globalité par le Conseil Constitutionnel le 5 août 2021,

    l'Etablissement Public de Santé Mentale souhaite informer ses publics de l’obligation de présenter un pass sanitaire dès le 9 août prochain pour pouvoir accéder à l’enceinte de son établissement.

    Sans pass sanitaire, l’accès à l’établissement pourra vous être refusé. Vous pourrez être orienté vers un centre de dépistage afin de réaliser un test. 

    Cette obligation ne concerne néanmoins pas l’accès à l’établissement pour une urgence.

    Le PASS SANITAIRE c'est :

    - un test  RT-PCR ou antigénique négatif (de moins de 72h)
    - ou un certificat de vaccination complet
    - ou un certificat de rétablissement  de la COVID-19 : test RT-PCR positif datant d'au moins 11 jours et de moins de 6 mois.

     

    Il est à noter que cette obligation concerne :

    - les patients qui ont des rendez-vous programmés,
    - les visiteurs des patients hospitalisés en complémentarité avec les règles relatives aux visites en vigueur,
    - les bénévoles intervenant au titre d’une association conventionnée,
    - les prestataires de services et fournisseurs de l’établissement à l’exception des prestataires disposant de badges
    - les personnes majeures uniquement et ce juqu'au 30 septembre 2021.

     

    photo de

    L'EPSM de la Réunion recrute un ou une PSYCHIATRE pour son centre 2NPS

    30 juillet 2021 06:07

    L’Etablissement Public de Santé Mentale de la Réunion (EPSMR)
    Recrute un ou une PSYCHIATRE Praticien contractuel/Assistant/PH titulaire 
    pour son centre 2NPS

     

    L’établissement :

    L’EPSMR est l’établissement de référence en santé mentale sur la Réunion :

    • 200 lits et places répartis sur deux sites d’hospitalisation complète : Grand Pourpier à l’Ouest et Bras Fusil à l’Est
    • Une quarantaine de structures extrahospitalières : hôpitaux de jour, CMP, CATTP, Centre d’accueil psychiatrique, Unité d’hospitalisation de courte durée, 1 EPHAD, 1 Centre de ressources pour auteurs de violences sexuelles, une unité de psychotraumatologie, un Centre d'Appui en Réhabilitation, un Service Médico-Psychologique Régional (en milieu carcéral), une CUMP zonale et un Centre Régional de Prévention du Suicide.

     

    Le service :

    • Centre Régional de Prévention du Suicide (CRPS)

    Le Centre Régional de Prévention du Suicide pilote localement les actions de la Stratégie Nationale Multimodale de Prévention du Suicide : dispositif VigilanS Océan Indien, actions de formation de prévention du suicide du GEPS (agréée par le ministère), lutte contre les phénomènes de contagion suicidaire (en lien avec le programme Papageno), actions de communication grand public sur la prévention du suicide, animation territoriale des acteurs de prévention et coordination dispositif régional du Numéro National de Prévention du Suicide ou 2NPS (en cours de mise en place).

    • Unité CUMP Zonale Océan Indien

    Les missions de la CUMP sont de déployer les soins médicopsychologiques suite aux situations à potentialité traumatique exposant plusieurs personnes. Par ailleurs se rajoute une activité d’animation du réseau de volontaires qui y concourent (formation, organisation, etc.).

    Dans sa dimension zonale, la CUMP de La Réunion assure le soutien technique de la CUMP Régionale de Mayotte, et en lien avec le SAMU de Zone et l’Etat Major de Zone de Protection Civile, participe à la préparation de la réponse aux situations sanitaires exceptionnelles pour la Zone Océan Indien.

     

    Le poste :

    Le poste à pourvoir est un poste temps plein de Référent 2NPS qui vient renforcer :

    • L’équipe CUMP (actuellement composée de 1 ETP Médical + 2 Psychologues et 2 IDE)
    • L’équipe du CRPS (actuellement composée de 1 ETP Médical + 1 psychologue + 1 IDE + 1 AMA). Cette équipe va être renforcée avec l’ouverture du dispositif 2NPS régional (recrutement en cours de 1 ETP Cadre + ½ ETP Assistant Social + ½ ETP AMA + 6 ETP IDE).

     

    Les activités :

    • Pour le CRPS: réunions de présentations des dispositifs VigilanS et 2NPS aux professionnels, supervision des VigilanS.eurs.euses et répondant.e.s 2NPS, actions de formation à la prévention du suicide, animation du réseau des acteurs de la prévention du suicide, actions en lien avec les CLSM, réunions avec le Réseau National de Prévention du Suicide.

    Votre activité principale portera sur le déploiement et la coordination du dispositif régional 2NPS.

    • Pour la CUMP: interventions dans les suites d’événements à potentialité traumatique suite à déclenchement par le SAMU (prises en charge de victimes, témoins, endeuillés et professionnels du sauvetage, psychothérapies brèves individuelles ou de groupe), formation des volontaires, animation du réseau, réunions avec les autres institutions impliquées dans la gestion des situations sanitaires exceptionnelles (ARS, Protection civile, SAMU, SDIS, etc.), réunions avec le Réseau National de l’Urgence MédicoPsychologique.
    • Horaires de 8h30 à 18h00 (lundi à vendredi) avec une participation aux astreintes de la CUMP (une semaine tous les 2 à 3 mois) et aux astreintes nationales 2NPS (une semaine par an).
    • Participation aux activités de recherche portées par le service dans le champ de la suicidologie et de la psychotraumatologie.

     

    Les pré-requis :

    • Connaissances théoriques et pratiques en suicidologie fortement souhaitées
    • Expérience en unité de suicidologie, ou centre de crise ou urgences psychiatriques souhaitée
    • Expérience de volontaire CUMP souhaitée
    • Formation en psychothérapie brève souhaitée (EMDR ou HTSMA ou TCC).
    • Techniques d’animation de formations / pédagogie souhaitées.
    • Connaissances théoriques et pratiques concernant la prise en charge des personnes ayant vécu un événement potentiellement traumatique (DU Psychotraumatologie ou DU Victimologie ou équivalent souhaité)
    • Expérience en Unité Psychotrauma ou toute structure prenant en charge des victimes souhaitée
    • Connaissances en méthodologie et législation de la recherche clinique souhaitée.

     

    Contacts :

    Docteur Erick GOKALSING, Chef de service C3PS (CUMP Psychotrauma Psychogériatrie Prévention du Suicide)

    Tél : 06 92 688 622, Mél : e.gokalsing@epsmr.org

    Docteur François APPAVOUPOULLE, Vice-président CME

    Tél : 06 92 000 443, Mél : ff.appavoupoulle@epsmr.org

    Madame Alexandra HOARAU, Direction des affaires médicales

    Tél : 02.62.74.01.03 / 02.62.74.01.00, Mél :al.hoarau@epsmr.org

     

    photo de

    Journée Mondiale contre l'Hépatite

    26 juillet 2021 06:29

    A l’occasion de la Journée Mondiale contre l’Hépatite, rendez-vous annuel où sont intensifiés les efforts contre cette maladie, la Ville de Saint-Paul, avec le soutien du Centre Hospitalier Ouest Réunion et le Cegidd Ouest, ainsi que ses partenaires, organisent une journée de sensibilisation

    le 29 juillet 2021, de 9h à 15h

    à la Gare Routière de Saint-Paul.

     

    Cet événement est destiné à faire connaître les différentes forme d’hépatite au grand public mais aussi de mener des actions de dépistage et de prévention.

     

    photo de

    2ème place du Prix Hélioscope-GMF 2021

    8 juillet 2021 05:43

    L’EPSMR et le dispositif « Kozé Jeunes » remportent la 2ème place du Prix Hélioscope-GMF 2021

    Vendredi 2 juillet 2021 s’est déroulée la remise du Prix Hélioscope-GMF. Créé en 1998 par la Fondation des Hôpitaux et GMF, le Prix Hélioscope-GMF récompense chaque année différents services et métiers hospitaliers qui collaborent pour mettre en place des projets au bénéfice des malades et de leurs proches.


    LE CONCOURS

    Depuis 1998, la GMF et la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France ont créé le Prix Hélioscope-GMF pour encourager les initiatives visant à améliorer le quotidien des patients et des citoyens du point de vue de la santé physique ou mentale.
    Pour sa 23ème édition, 60 établissements ont concouru dans toute la France et six projets ont été sélectionnés pour être récompensés pour leur initiative au bénéfice des malades et de leur famille.
    Ces initiatives méritent d’être valorisées dans le contexte sanitaire actuel qui mobilise pleinement les personnels hospitaliers.

         
     

    LA 2ème PLACE POUR « Kozé Jeunes »

    L’EPSMR et l’équipe de Kozé Jeunes sont heureux de leur place dans ce concours. « C’est une reconnaissance prouvant que le dispositif, aussi jeune soit-il - créé en septembre 2020 - a un réel intérêt dans notre société et surtout dans le contexte actuel » précise Yoann BRIAND, infirmier intervenant sur le dispositif.
    Concrètement, Kozé Jeunes propose une ligne d’écoute, de soutien aux adolescents et jeunes adultes (12-25 ans) de La Réunion pour pouvoir leur apporter une réponse préventive et d’orientation de santé (ressources de l’EPSMR ou autres partenaires).
    Il s’agit d’un dispositif expérimental soutenu par la Direction de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DJSCS) dans le cadre de la mise en oeuvre de la stratégie pauvreté.
    Au bout du fil, les jeunes pourront s’adresser à l’infirmier écoutant, qui souhaitera établir un lien de confiance avec les jeunes en difficulté et leur faciliter l’accès aux structures partenaires adaptées à leurs besoins.
    Contact presse : Myriam GONNEAU, Chargée de Communication, my.gonneau@epsmr.org, 0262 74 00 16

     

    PALMARÈS DU PRIX HÉLIOSCOPE-GMF 2021
    Lien : Prix Hélioscope-GMF les lauréats des éditions précédentes
     

    Prix des sociétaires GMF — Établissement Public de Santé de Ville-Evrard
    Cette année, le Prix des Sociétaires a été décerné au projet « Ânes à l’hôpital » de l’Établissement Public de Santé de Ville-Évrard (Seine-Saint-Denis). Un projet qui vient saluer la zoothérapie comme véritable soin alternatif non médicamenteux, qui place l’animal au coeur de la relation thérapeute-patient.

    5 - EPSYLAN — Établissement Psychiatrique de Loire-Atlantique Nord
    L’Établissement Psychiatrique de Loire-Atlantique Nord (Epsylan) met en place depuis 2019 une série de médiations autour des pratiques culturelles pour inciter des jeunes en souffrance à s’ouvrir au monde.

    4 - Hôpital Ambroise Paré
    L’Hôpital Ambroise-Paré AP-HP de Boulogne-Billancourt (92) a su faire de sa radio La Voix d’Ambroise-Paré, destinée aux patients, une institution pleine de bienveillance.

    3 - Hôpitaux de Chartres
    Les Hôpitaux de Chartres ont développé un atelier d’Activité Physique Adaptée (APA) pour les patients souffrant de maladies chroniques et/ou de cancer, avec des résultats prometteurs tant sur le plan clinique que psychologique.

    2 – EPSMR — L’Établissement Public de Santé Mentale de La Réunion
    L’Établissement Public de Santé Mentale de La Réunion (EPSMR) a lancé « Kozé Jeunes » un service d’écoute, de soutien et d’orientation santé pour les jeunes de 12 à 25 ans de l’île.

    1 - Centre Hospitalier d’Arcachon
    Afin de se projeter dans l’après-crise sanitaire, le Centre Hospitalier d’Arcachon a organisé la « Journée des réussites », un événement interne destiné à mettre en valeur les bonnes pratiques mises en place au sein de l’établissement.
    Félicitations à toutes les équipes participantes pour leurs initiatives et projets remplis d’humanisme !

    photo de

    Le nouvel Annuaire de vos CMP & CMPEA

    11 mai 2021 09:29

    Cet annuaire, qui regroupe l’ensemble des Centres Médico-Psychologiques (CMP) et Centres Médico-Psychologiques Enfant et Ado (CMPEA) de La Réunion, a pour vocation de favoriser leur accès aux usagers et professionnels.

    L'offre de soins publique en psychiatrie et santé mentale est sectorisée. Selon son âge et son domicile, la personne qui recherche une aide et/ou des soins, s'adressera CMP ou CMPEA de son secteur.

    photo de

    Signature des conventions handicap au travail du CHOR et de l'EPSMR

    10 mai 2021 13:43

    Ce lundi 10 mai, Le Centre Hospitalier Ouest Réunion (CHOR) et l’Etablissement Publique de Santé Mentale de la Réunion (EPSMR) renouvelle leur convention de partenariat avec le Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique(FIPHFP)

     Portant les thématiques de la santé et du handicap au travail à cœur, les deux établissements avaient noué ce partenariat pour la première fois en 2017. Celui-ci s’inscrivait dans le volet social du projet d'établissement du CHOR et de l’EPSMR. Ce conventionnement s’est notamment traduit par :

    • la nomination et professionnalisation d'une référente handicape (DU Handicap)
    • une accentuation de la communication sur la reconnaissance du handicap
    • la mise en place d’outils afin d’intégrer le handicap dans les pratiques managériales
    • le mise en œuvre d’actions de sensibilisation, de formation et de compensation à destination des agents en situation de risques de santé au travail
    • la mise en place d’instances internes et pluridisciplinaires en matière de suivi de santé du personnel en lien avec le handicap au travail

    La nouvelle convention entre le FIPHFP et la direction commune du CHOR et EPSMR a été signée ce 10 mai 2021 et ceci pour trois ans, par Mme BEN MOUSSI Laure, directrice territoriale au Handicap et M. BIEN, directeur général du CHOR et EPSMR.

     

    Cette matinée est, également, l'occasion de la signature de la première convention de partenariat entre les deux établissements de santé et l'ALEFPA Edmond ALBIUS représentée par sa directrice par intérim Madame Aïcha BOUKIR. 

    Des liens forts existent depuis quelques années maintenant entre ces trois structures. Le CHOR et l'EPSMR accueillent, chaque année, des jeunes en situation de handicap dans le cadre de stages d'immersion dans la filière technique et la filière restauration. Ces stages auront permis de révéler les compétences et talents de plusieurs stagiaires. Quelques-uns de ces jeunes ont, depuis, été intégrés dans les effectifs des établissements après avoir suivi une formation en qualité d'apprenti. Cette signature permettra de renforcer cette cohésion entre les Établissements.

    photo de

    EPSMR Certifié A par la Haute Autorité de Santé

    28 avril 2021 07:14

    Le premier établissement Public de santé de la Réunion certifié A

    Par décision du 23 février 2021, la Haute Autorité de Santé a prononcé une certification en A de l’Etablissement de Santé Mentale de la Réunion pour une durée de 6 ans.

     

    Ce résultat est le fruit d’un long travail qui a mobilisé l’ensemble des équipes médicales et soignantes depuis de nombreuses années. L’établissement souhaite à cette occasion remercier tout son personnel hospitalier pour la qualité de son travail au quotidien.

     

    L’EPSMR peut ainsi s’en orgueuillir d’être l’un des rares établissements publics de santé mentale certifié A au niveau national. Cette reconnaissance est d’autant plus difficile à obtenir que cette discipline doit répondre à des règles et des contraintes particulièrement exigeantes en matière de respect des droits fondamentaux des patients.

     

    Comment sont évalués les établissements de santé ?

    Il s’agit d’une démarche nationale à laquelle sont soumis tous les établissements.

    La certification mise en œuvre par la Haute Autorité de santé a pour objet d’évaluer la qualité et la sécurité des soins dispensés et de l’ensemble des prestations délivrées par les établissements de santé.

    Ce sont des experts-visiteurs qui évaluent le niveau de la qualité des soins et s’appuient sur un référentiel élaboré par la Haute Autorité de santé : le Manuel de certification comportant des critères, par exemple “Le patient est invité à faire part de son expérience et à exprimer sa satisfaction”, “ La pertinence des décisions de prise en charge est argumentée au sein de l’équipe”, etc.

     

    Les résultats obtenus permettent de calculer un score global qui signifie le niveau de la qualité des soins de l'établissement.

     

    Le rapport de la certification et de la décision de l’Etablissement Public de la Santé Mentale de la Réunion sont publiés sur le site internet de la Haute Autorité de santé et seront transmis à l’Agence Régionale de Santé : Haute Autorité de Santé - ETABLISSEMENT PUBLIC DE SANTE MENTALE DE LA REUNION (has-sante.fr)

    photo de

    Participez à l'écriture du projet des usagers

    19 février 2021 06:36

    Projet d'établissement 2022-2026 - Volet sur les usagers

    Nous lançons la rédaction du projet des usagers au sein de nosétablissements et souhaitons y associer des usagers. Participez avec nous à l'écriture de ce projet. Pour candidater, envoyez un mail avecvos coordonnées à direction@epsmr.org

    photo de

    L'Établissement Public de Santé Mentale de la Réunion en image

    18 février 2021 17:05

    Nous avons le plaisir de vous présenter notre le film de présentation. Un film qui vous fera découvrir  L'Établissement Public de Santé Mentale de la Réunion, un établissement au service des réunionnais. Bon visionnage
     

    photo de

    L'EPSMR recrute un PSYCHOMOTRICIEN h/f

    9 février 2021 13:26

    [EMPLOI]

    L'EPSMR recrute un PSYCHOMOTRICIEN h/f

    Finalité :

    Réaliser les bilans psychomoteurs prescrits par les médecins du Centre Diagnostic Ensemble des Troubles Causés par l’Alcoolisation Fœtale (ETCAF) ou par les médecins au décours des consultations externes, dans le cadre de l’évaluation des Troubles Causés par l’Alcoolisation Fœtale (TCAF)

    Missions principales :

    Evaluer les déficiences psychomotrices (fonctions sensori-motrices, perceptivo-motrices et psychomotrices), analyser leurs interactions et poser un diagnostic psychomoteur par des bilans et des mises en situation d’activité auprès de personnes porteuses d’handicap(s) liés aux TCAF. Rédiger les bilans.

     

    Contacts :

    Docteur François APPAVOUPOULLE, Vice-président CME

    Tél : 06 92 000 443, Mél : ff.appavoupoulle@epsmr.org

    Madame Alexandra HOARAU, Direction des affaires médicales

    Tél : 02.62.74.01.03 / 02.62.74.01.00, Mél :al.hoarau@epsmr.org

    photo de

    Projet photographique Chrysalide avec l'unité Psychotrauma - Centre de ressources NOE

    20 janvier 2021 13:04

    Participation de l’unité psychotrauma – centre de ressources NOE de l’EPSMR au projet photographique CHRYSALIDE 

     

    L’artiste

    L’artiste photographe Marie Manecy a mis en œuvre entre septembre et novembre 2020 un projet photographique en partenariat avec l’unité psychotrauma – centre de ressources NOE, avec le soutien de la Direction des affaires culturelles de la Réunion – Ministère de la Culture, l’ARS La Réunion et l’EPSMR.

    Marie Manecy mène un travail long terme sur le rapport au corps, l’identité et le mouvement, avec plusieurs résidences artistiques en territoire scolaire au cours des deux dernières années. Elle a par ailleurs présenté en 2018 un travail de nus en clair-obscur, autour précisément de l’acceptation de soi et de l’image du corps, qui a été exposé lors du congrès de l’unité psycho trauma sur les violences sexuelles en décembre 2018.

     

    Le projet artistique

    Formée à la photographie sociale à visée thérapeutique, elle a poursuivi sa recherche artistique sur la relation au corps et l’identité avec le public de l’unité fonctionnelle de psycho-trauma dans le cadre du dispositif Culture Santé dédié à intégrer l’art en santé. Cet atelier a été construit en partenariat avec l’équipe soignante autour d’un partage de création photographique avec dix patients du nord et de l’ouest, participant ou non aux groupes de parole. Le public a été amené à réaliser des photographies avec du matériel de prise de vue et un studio professionnel au cours d’un processus de création de 6 séances soit 12 heures par patient réparties entre l’EPSMR de Cambaie et de Saint Denis.

     

    L’objectif

    Il s’agissait d’ouvrir les publics à une meilleure connaissance d’eux au travers de l’art et de les amener à réfléchir à leur démarche de soins, leur mise en mouvement et leur rétablissement. Plus largement, il a été aussi proposé aux participants de s’intéresser aux expositions et autres partages autour de l’art visuel. Du fait de l’impact de l’art dans la démarche de soin, qui permet d’aborder de façon complémentaire le parcours thérapeutique, chaque séance s’est déroulée en présence d’un membre de l’unité au minimum, présent pour accompagner individuellement les participants en cas de besoin.

    Les participants ont donc mené leur propre recherche esthétique et développé une intention artistique autour du thème de la chrysalide et du mouvement, guidés sur le plan technique et esthétique par la photographe. Ils ont eu recours à des cocons de tissus, à l’expression du mouvement entre flou et netteté, à l’exploration de l’image fixe et de décomposition du geste que permet l’effet stroboscopique. La fin du projet a donné lieu à la réalisation d’un portrait en binôme afin de poser un regard sur soi et sur le mouvement intérieur ainsi vécu.

    Ce projet a fait l’objet d’une première restitution à huit clos avec les participants, leurs familles et l’équipe de l’unité psychotrauma – centre de ressources NOE le mardi 19 janvier au café culturel La Cerise à Saint Paul.

     

    Le résultat du projet

    Pour certains les images les ont aidés à prendre conscience de leur carapace de béton et du premier pas vers l’allégement, la respiration et le mouvement.  Pour d’autres c’est se voir enfin vivante et belle. C’est aussi beaucoup d'étonnement et d'émerveillement face à ce dont elles ne se croyaient pas capables, se regarder, être regardée, apprécier ce regard et poser en retour un regard plus aimant sur elles-mêmes.

    Ce parcours créatif riche au sein du projet Chrysalide conforte l’importance des médias artistiques pour permettre l'émergence d'émotions enfouies et de la photo en particulier qui relie l’esprit avec le corps blessé. Cette puissance du travail artistique favorise la réappropriation de soi-même, la résilience et le cheminement thérapeutique pour une meilleure qualité de vie.

     

     

     

    En savoir plus sur l'artiste : Instagram - Marie Manecy 

    photo de

    Meilleurs voeux 2021

    31 décembre 2020 10:53

    L'Etablissement Public de Santé Mentale Réunion vous souhaite une très bonne année 2021 !

    photo de

    CAP' ADO Ferme pendant les Vacances

    22 décembre 2020 12:03

    La Maison des Adolescents Ouest CAP'ADO sera exceptionnellement fermée du 24 au 31 décembre 2020.

    Reprise des activités prévue le Lundi 4 janvier 2021

    Pendant cette fermeture, les appels de CAP'ADO (06.92.33.77.37) seront automatiquement redirigés vers la Kaz'Ados de Saint Denis qui assure une permanence téléphonique de 9h à 16h du lundi au vendredi (hors férié)

    photo de

    Le CHOR et l’EPSMR vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année

    18 décembre 2020 14:33

    photo de

    FêteKaf à l'unité ALAMANDA à Bras Fusil

    18 décembre 2020 14:25

    L'unité ALAMANDA à Bras Fusil a organisé sa FètKaf ce jeudi 17 Décembre avec la une prestation mémorable du chanteur SELIO. Voici quelques photos.

        

     

     

     

     

     

     

    photo de

    Kabar ek Zanmari Baré

    16 décembre 2020 12:07

    Dans le cadre de la démarche ministérielle d’associer «Culture et Santé», l’Etablissement Public de Santé Mentale a mis en place en collaboration avec l’artiste et son groupe Zanmari Baré, des ateliers d’écriture et de musique créoles pour les patients hospitalisés à l’EPSMR de Cambaie.

    Ces ateliers ont été organisés avec le soutien de la Direction des affaires culturelles de La Réunion - Ministère de la Culture.

    Ils ont eu pour objectifs de susciter auprès des patients :
        • L’expression des émotions et des ressentis par la création musicale 
        • La réappropriation de la culture créole
        • Un travail sur l’estime de soi
    A travers de multiples séances, avec l’appui et le soutien de Zanmari Baré et de ses musiciens, et entourés des équipes médicales, les patients ont revisité la culture créole par la musique et le chant, à travers des exercices d’écriture ; certains ont aussi joué des instruments parfois inconnus pour eux, d’autres se sont découverts un talent. Ils ont pu redévelopper une estime d’eux-mêmes ou ressentir un bien-être psychologique ou encore ont pu développer une nouvelle manière de s’exprimer. 
    Pour clôturer les ateliers et pour commémorer la Fête Kaf, «un Kabar ek Zanmari Baré» a été organisé. Les patients sont montés sur scène le 16 décembre devant les usagers et personnel hospitalier de l’EPSMR de Saint-Paul. Le groupe Zanmari Baré a fait résonner le maloya dans l’enceinte de l’hôpital. 

          

          

    photo de

    Bilan Etape 1 du projet "Au fil de l'adolescence"

    9 décembre 2020 10:42

    Dans le cadre d’un appel à projets lancé par la Fondation de France sur la Santé des jeunes avec la thématique : « soutenir les jeunes en souffrance psychique », l’EPSMR entouré de multiples partenaires, a mis en place le dispositif « Ateliers Parcours : Au fil de l’adolescence » à la Kaz Ados de St Denis. Ce projet qui a commencé cette année, se déclinera sur 3 ans.

    A eu lieu ce mardi 08 décembre le bilan de la 1e étape du projet.

     

    Convention de partenariatentre la Direction des Affaires Culturelles (DAC), Direction Territoriale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (DTPJJ), le Conseil Départemental (CD), l’EPSMR et la compagnie Rouge Bakoly (RBK)

    Le projet, «Au fil de l’adolescence » s’articule autour d’une opération de création qui s’intitule « ParKour Par Ker Kaskaskaama ». Le projet s’est réalisé dans le cadre d’une convention de partenariat entre l’EPSMR, la DAC, la DTPJJ, le Département et la Cie Rouge Bakoly. « Une chose que l’on peut retenir,a déclaré Yann, éducateur à la DTPJJ, est que les fonctions publiques de l’Etat se sont réunies au service pour les jeunes les plus vulnérables à travers la culture vivante ». Cécile de la compagnie RBK a d’ailleurs remercié la DAC d’avoir permis de « mailler des professionnels du social, de la santé et de la culture ».

    Le projet

    Ce projet s’adresse à un groupe de 20 adolescents, constitué de jeunes de la Kaz’ados de Saint-Denis, de la DTPJJ et de la maison départementale, relevant de l’aide sociale à l’enfance, sous-main de justice ou en difficultés médico-sociales.

    Ce projet vise à sensibiliser les adolescents au processus de création d’une œuvre artistique jusqu’à sa réalisation, aux différents métiers du spectacle vivant autour de trois champs artistiques : danse, musique et théâtre.

    Objectifs du projet

    Les professionnels s'accordent sur l’importance de mener des actions au-delà des murs des institutions, aller à la rencontre des adolescents, là où on peut les trouver, décloisonner les activités pour proposer des actions innovantes, qui tiennent compte de la dynamique de changement adolescent, de son besoin d'éprouver de nouvelles choses. Dr KOSTYRKA, psychiatre de l’EPSMR a rappelé que « s’appuyer sur l’art favorise l’imaginaire et permet de sortir des lieux classiques de soins »en :

    - les invitant à explorer leur imaginaire sur une scène de jeu, à se laisser surprendre par leurs émotions, leurs gestes, leurs paroles, leurs silences...comme une invitation à l’évasion…

    - favorisant l’inscription des jeunes dans un collectif, pour les amener à se penser comme sujet agissant dans un groupe et plus largement les inscrire dans un champ social plus étendu...

    Descriptif du projet

    La première étape de ce projet culturel qui met en lumière un thème issu de la culture locale a fait intervenir 3 champs de médiation animés par des artistes locaux dans divers lieux culturels : le Dojo de Salazie, le Conservatoire de Saint Benoit, la Fabrik, le Kabardock et la Bibliothèque Départementale de la Réunion). « Le projet a été pensé en parcours : parcours vers soi-même, vers l’art, vers la culture, vers l’autre. Un parcours comme celui de l’adolescence vers l’âge adulte » a indiqué Rebecca, infirmière de la Kaz Ados.

    Déroulédu projet

    Le programme proposé par la Cie Rouge Bakoly s’est déroulé de juillet 2019 à mars 2020

    Il a comporté alternativement des sessions en résidence et des « sorties découvertes » par de :

    • La découverte des arts à travers des jeux et activités
    • La mise en pratique et de la création avec les artistes
    • La conception et production d’un spectacle (annulé dû à la crise sanitaire)

     

     

    2e etape

    La première déclinaison « Parkour Par Ker » du projet au fil de l’adolescence, s’est davantage attaché à l’exploration de la musique et du chant. La seconde étape qui aura lieu de janvier à octobre 2021 aura une sensibilité plus marquée autour de l’expression corporelle, accompagnée de la Compagnie Soul City, troupe d’inspiration Hip Hop avec le danseur chorégraphe et interprète Didier Boutiana.

       

    Crédits Photos : Jean Marc Grenier

     

     

     

    photo de

    Ateliers musique avec Zanmari Bare

    9 décembre 2020 09:51

    L'atelier de musique avec Zanmari Bare à l'unité Adultes Jacaranda de l'EPSMR a ravi nos patients. Le musicien leur a permis  de découvrir le rythme et la musique créole, par l'écoute et la participation.

    photo de

    DUODAY 2020

    24 novembre 2020 10:14

    DUODAY 2020, 1 jour, 1 rencontre un duo pour un partage d’expériences

    Le Duoday est une journée où  une personne en situation d’handicap compose un duo avec un collaborateur d’une entreprise, pour une immersion dans son quotidien.

    Le CHOR et l’EPSMR ont joué le jeu et en formant 3 duos pour cette journée :  au sein des services de la Pharmacie du CHOR, de l’UPAC (Unité de Production Alimentaire Commune) et au Self de l’EPSMR. Wilene, Alison et Cédric ont été tous chaleureusement accueillis par nos équipes et ont pu découvrir un nouvel environnement de travail pour la journée.

    Wilene et Elodie à la Pharmacie du CHOR 

    Wilene a observé les différentes activités qu’il peut y avoir au sein d’une pharmacie hospitalière tels que la  gestion administrative,  la préparation en pharmacie en centre hospitalier ou encore la logistique.

    Cédric et Natalie à UPAC

    Cédric a pu  découvrir le fonctionnement de l’UPAC et a aussi participé aux tâches de plonge.

    Alison et Marie-Joe au Self de l’EPSMR

    Alison a aidé en participant à la mise en place pour le service du midi, à l’accueil  et au service des agents venus se restaurer,

    La direction commune du CHOR et de l’EPSMR montre à travers cet échange l’engagement des deux établissements pour une meilleure intégration des travailleurs en situation d’handicap à La Réunion et en collaborant avec des associations comme l’ALEFPA ou CAP Emploi.

    photo de

    Pièce de théâtre Quelque Chose

    12 novembre 2020 07:03

    L’unité de Psychotrauma NOE, de l’EPSMR et l’association 1R2l ont le plaisir de vous présenter

    LE PITCH

    La fête de la musique bat son plein. 4 femmes s’y retrouvent pour rire et danser. Elles ne se connaissent pas, ou à peine. Elles se sont rencontrées dans un groupe de parole .Ce qu’elles ont en commun ? Un traumatisme. Quelque chose leur est arrivée… Le temps d’une nuit improvisée, Cléo, Vic, Lucy et Michèle vont convoquer leur formidable envie de vivre : de fous rires libérateurs en confidences intimes, meurtries dans leur chair, elles s’allègent, elles partagent, elles affrontent, elles renaissent .Ces quatre femmes vont partager leur vécu, leurs difficultés, leurs émotions, mais surtout les solutions qu’elles ont expérimentées, pour « aller mieux ». Parmi ces solutions ,l’accompagnement par des psychologues, les associations de soutien, le dépôt de plaintes .Ni moraliste, ni misérabiliste, il s’agit d’une pièce« positive », qui souhaite rendre le public témoin de la force prodigieuse émanant de ces femmes qui cherchent à s’en sortir.

    UNE PIÈCE D'UTILITÉ SOCIALE

    Les personnages en donnant corps et voix à des victimes d’inceste permettent au spectateur de partager leurs émotions, leurs souffrances, leurs rires aussi, leur processus de reconstruction et leur force de vie à « la bonne distance », suffisamment près du coeur mais avec le recul nécessaire. Cette pièce de théâtre agit comme vecteur de communication pour sensibiliser à l'interdit de la transgression du tabou de l'inceste.

    LES DATES : réservez sur www.monticket.re

    • 24 Novembre 2020 Théâtre G Brassens Les AVIRONS à 20h
    • 28 Novembre 2020 Théâtre des Sables ETANG SALE à 20h
    • 1er Décembre 2020 Théâtre LESPAS  SAINT PAUL à 19h
    • 5    Décembre 2020 Théâtre  Langenier SAINT PIERRE à 20h
    • 8    Décembre 2020 Théâtre Luc Donat LE TAMPON à 19h

    Retrouvez le dossier de présentation en cliquant ici 

    photo de

    Vigipirate, Urgence Attentat

    6 novembre 2020 06:50

    A la suite des attentats, le niveau VIGIPIRATE a été relevé au niveau « Urgence Attentat » sur l’ensemble du territoire national.

    Par conséquent, les mesures de sécurité concernant nos établissements sont renforcées :

    - Vigilance aux abords et accès aux établissements : les vigiles vont intensifier leurs rondes

    - Entrée dans les bâtiments : l’inspection visuelle des sacs des visiteurs est systématisée ; tout matériel suspect est confisqué.

    Chacun d’entre nous, en ce qui le concerne, est également acteur de sa sécurité et de celle d’autrui.

    « Vigilance attentats : les bons réflexes »

    Nous vous en rappelons les mots-clés des conduites à tenir en cas de danger imminent :

    1. S’échapper :

    a. Condition 1 : vous avez identifié la localisation exacte du danger

    b. Condition 2 : vous pouvez vous échapper sans risque vers un lieu sécurisé

    2. S’enfermer :

    a. Cas 1 : si les patients ou résidents peuvent se déplacer, mettez-vous à l’abri dans un lieu sûr

    b. Cas 2 : si les patients ou résidents ne peuvent pas se déplacer et si c’est possible, enfermezvous

    3. Alerter :Pensez que vous êtes le premier à donner l’alerte !

    photo de

    Gérald Incana réélu à la présidence du Conseil de Surveillance de l’EPSMR

    30 octobre 2020 12:31

    Au terme d’un vote à l’unanimité, le 28 octobre dernier, Gérald Incana a été réélu pour un troisième mandat à la présidence du conseil de surveillance de l’EPSMR.

    Le 28 octobre dernier, les membres du conseil de surveillance de l’EPSMR (représentants des collectivités, des usagers, des personnels et personnalités qualifiées), ont reconduit le président sortant, Gérald Incana, pour un troisième mandat. A l’unanimité, les votants ont donc renouvelé pour 5 ans leur confiance à celui qui veille sur la stratégie et la gestion de l’établissement depuis 2011.

    « J’ai acquis au fil des années une parfaite connaissance de l’institution, des hommes et des femmes qui la font fonctionner chaque jour, de ses atouts et de ses faiblesses »indique-t-il. « Lors de ce 2e mandat écoulé, nous avons dû mener un travail considérable aux côtés de la direction et de toutes les équipes pour redresser radicalement la situation financière de l’établissement. Cet objectif est aujourd’hui atteint. Je souhaitais donc poursuivre ma mission pour stabiliser la situation et développer les nombreux projets engagés au bénéfice de la population réunionnaise ».

    Pour rappel, le conseil de surveillance a pour missions principales de se prononcer sur la stratégie de l’établissement et d’exercer un contrôle permanent sur sa gestion. Il délibère notamment sur le projet d’établissement, le compte financier et l’affectation des résultats, la politique d’amélioration continue de la qualité, de la sécurité des soins et de la gestion des risques, les conditions d’accueil et de prise en charge des usagers, etc.

    En parallèle, Gérald Incana a été nommé, en tant que personnalité qualifiée, membre du conseil de surveillance du CHOR, présidé désormais par Huguette Bello, Maire de Saint-Paul.

    photo de

    L’EPSMR et le CHOR recrutent

    14 octobre 2020 10:08

    Pour porter ses grands projets structurants , la direction commune du CHOR et de l’EPSMR recrute deux chargés de projets: 

    • Vos missions au sein de la cellule « stratégie, projets et organisation » : gestion et pilotage d’un portefeuille de projets, appui méthodologique (conduite de réunions et d’ateliers avec les professionnels hospitaliers, élaboration d’outils, management de données), élaboration de supports de synthèse et de capitalisation. Vous serez amené(e) à déployer certains projets en toute autonomie.

    • Vos compétences : capacités rédactionnelles et d’analyse-synthèse avérées, expérience dans l’animation de groupes de travail, maîtrise parfaite des outils bureautiques et communicants, qualités relationnelles idoines pour travailler en équipe et porter des projets, aisance dans la collaboration en mode projets. 

    • Votre niveau de formation : bac + 4 minimum 

    • Vos aspirations : vous investir sur le secteur hospitalier et contribuer, à votre niveau, à ses projets de transformations.

    Ces deux postes sont à pourvoir en CDD de 24 mois (évolutif en CDI) et basés à Saint Paul (Ile de la Réunion). La rémunération proposée sera fonction du niveau d'expérience et des compétences des candidats retenus. 

    Adressez votre CV, lettre de candidature et synthèse des projets auxquels vous avez activement contribué à drh@epsmr.org avant le 30/10/2020

    photo de

    Kozé Jeunes, ligne d'écoute, de soutien et d'orientation santé pour les 12-25 ans

    17 septembre 2020 04:18

    Kozé jeunes est une ligne d’écoute, de soutien et d’orientation santé qui s’adresse prioritairement aux adolescents et jeunes adultes entre 12 et 25 ans du département de la Réunion et en particulier à ceux qui rencontrent une situation de mal-être.

    Les familles, les proches ou les professionnels peuvent aussi contacter Kozé Jeunes pour soutenir un jeune en difficulté ou pour en parler.

    La ligne est gratuite et anonyme, la conversation reste confidentielle.

    Infos pratiques :

    Le numéro d’appel est 0 801 901 974 (numéro non surtaxé)

    Du lundi au vendredi du 12h à 16h30 et le mercredi de 09h30 à 16h30

    photo de

    Coronavirus, les dernières mesures

    8 septembre 2020 12:07

     En cette période de crise épidémiologique du COVID19, l'établissement public de santé mentale met en place de nouvelles mesures : 

    • En intra hospitalier (services d'hospitalisation)

    - Les permissions sont suspendus depuis le 26 aout 2020

    - Les visites sont autorisées : 

    ü  Sur rendez-vous uniquement

    ü  Pas plus de 2 visiteurs

    ü  Visites prescrites et programmées sur l’agenda électronique

    ü  Prise de température des visiteurs / masques / SHA

    ü   Visites dans un lieu dédié dans chaque unité

      

    - Des zones d'accueil sont dédiées aux patients en attente de résultats du test COVID 

    - Des tests sont réalisés pour tous les entrants en hospitalisation 

    • En extra hospitalier 

    Les procédures toujours en vigueur : 

    - Prise de température des arrivants

    - Port du masque pour les patients

    - Groupes d’activité limitées de 6 à 10 personnes maxi

    - Nombre de personnes limité en salle d’attente et respect des heures de rendez vous

    - Patients sensibilisés au respect des gestes barrières / prévention

    - Développement des visites à domicile pour les patients se présentant dans les CAP et n’ayant pas été hospitalisés.

    photo de

    Coronavirus, reprise des visites sous conditions

    22 juillet 2020 07:47

              Les règles de prudence restent de mises face au risque de reprise de l’épidémie. Voici quelques rappels concernant les

              modalités de visite qui sont toujours en vigueur, afin d’éviter la propagation du virus dans les établissements :

    • Les visites doivent restées tout à fait exceptionnelleset répondre à un besoin impérieux à un patient, et notifiées sur décision médicale.
    • Les visites sont autorisées du lundi au dimanche de14h à 18h uniquement
    • Port de masque obligatoire pour le visiteur
    • Nombre de visiteurs limités (2 max) et, sauf exception, l’exclusion des mineurs

    Rappel des règles aux visiteurs :

    • Ne pas se présenter pour une visite à un hospitalisé en présence de plaies ou signes évoquant une infection virale : fièvre, toux, difficulté à respirer, manque de goût, d’odorat, fatigue ou myalgie.
    • Respecter les horaires de visites, la durée limitée de visite et la nécessité de prévenir en cas d’empêchement.
    • Respecter le nombre maximum de visiteurs et d’une manière générale, pas de mineurs
    • Se présenter à l’heure convenue de visites avec une pièce d’identité et un masque à minima alternatif

    photo de

    La Maison des Adolescents déménage

    3 juin 2020 13:08

    La Maison des Adolescents de l'Ouest déménage. 

    Vous pouvez les joindre par téléphone au 0692 33 77 37 

    photo de

    Maintien de la plateforme téléphonique PSY-COVID974

    12 mai 2020 12:31

    Maintien de laplateforme téléphonique

    PSY-COVID974 

     

    Pour rappel, dans le contexte épidémique de Covid-19, l’Etablissement Public de Santé Mentale de La Réunion et la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique Océan Indien, avec le soutien de l’ARS La Réunion, ont mis en place depuis le lundi 30 mars 2020la plateforme téléphonique PSY-COVID974. Ce dispositif permet, via un numéro d’appel gratuit, d’évaluer, d’orienter et de soutenir psychologiquement la population et les professionnels de santé.

    La crise sanitaire peut générer, et génère chez certains d’entre nous, du stress. Le virus circule toujours, les mesures sanitaires peuvent peser sur la vie quotidienne de tous et tout cela peut générer de l’anxiété, mais aussi des troubles du sommeil, des ruminations, ou encore un sentiment de détresse.

    Certaines personnes ont elles-mêmes dû affronter la maladie et d’autres ont perdu des proches au cours des derniers mois. Ces épreuves ont pu générer une anxiété majeure voire même entrainer l’apparition d’autres symptômes témoignant d’un mal-être persistant.

    Du côté des professionnels de santé fortement sollicités depuis de nombreux mois, des angoisses peuvent aussi apparaître pour certains, en lien avec l’exercice de leur activité, en raison des réaménagements que cette crise entraine à l’échelle individuelle et collective.

    UN NUMERO VERT REGIONAL D’ECOUTE PSYCHOLOGIQUE

    0 800 200 840(appel gratuit)

    du lundi au vendredi de 8h30 à 16h

         

    UNE EQUIPE DE PROFESSIONNELS A L’ECOUTE DE LA POPULATION ET DES PROFESSIONNELS DE SANTE

    Ce dispositif régional est coordonné par la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique Océan Indien (CUMP Océan Indien), qui dispose d’une équipe de professionnels expérimentés dans la gestion des situations d’urgence médico-psychologique.

    Pour la population

    Lors de la réception d’un appel, une évaluation clinique est réalisée au téléphone par un professionnel de santé. En fonction des situations et des problématiques propres à chacun, il pourra être proposé à la personne :

    • une orientation vers une autre structure adaptée à leur problématique
    • une consultation assurée parles professionnels de la CUMP

    Pour les professionnels de santé, forces de l’ordre et sauveteurs

    Il est également important d’apporter une réponse spécifique aux professionnels de santé et acteurs impliqués dans cette crise sanitaire, qui pourraient se trouver en difficulté sur le plan psychologique :

    • les soignants
    • les professionnels de santé
    • les  agents hospitaliers,
    • les agents des forces de l’ordre
    • les sauveteurs

    photo de

    Coronavirus. Déconfinement, les visites restent limitées

    11 mai 2020 13:52

    Dans le cadre de l’application des mesures nationales le déconfinement  a eu lieu le 11 mai 2020. 

    Au niveau régional, l’ARS l’a annoncé, les visites sont limitées dans les hôpitaux. A l’EPSMR les visites reprennent progressivement, de façon limitée et uniquement sur avis médical.

    L’interdiction de permission pour les patients est maintenue.

    photo de

    Coronavirus, l’EPSMR s’organise pour la sécurité des patients et du personnel hospitalier

    9 avril 2020 07:05

     Depuis le début de la crise épidémique du COVID-19, la direction de l’EPSMR réorganise les services de soins et redéploye le personnel soignant et les patients pour la sécurité sanitaire de tous. Des dispositifs exceptionnels ont été mis en place en fonction. 


    I – EN EXTRA HOSPITALIER, le lien avec le patient est maintenu 

    LE CONTACT AVEC LE PATIENT MAINTENU GRACE AUX TELECOMMUNICATIONS 

    • Les activités des Centres Médico Psychologiques (7 CMP) et Centres Médico Psychologiques pour Enfants et Adolescents (10 CMPEA) sont maintenus surtout grâce aux télécommunications. La direction de l’EPSMR a déployé dans chaque CMP et CMPEA des lignes téléphoniques supplémentaires, des PCs portables, des téléphones mobiles avec l’objectif de garder un contact régulier entre les patients, les soignants et les familles. Sont utilisés dorénavant des outils comme les messageries mobiles (type whatsapp…), Star Leaf (usage interne seulement), Skype, Cimaise… Les activités qui sont constatées pour chaque CMP représentent 100 à 200 patients contactés tous les jours.
    En complément, une organisation hebdomadaire prévoit la répartition des psychologues et assistants sociaux. 

    • Pour la sécurité des patients et du personnel soignant, les hôpitaux de jour de pédopsychiatrie sont fermés depuis le 23/03/2020 et les hôpitaux de jour adultes sont maintenus pour une activité limitée. 

     

    II a) – EN INTRA HOSPITALIER, le parcours patient hospitalisé réorganisé 

    • Les lits des Centres d’Accueil Psychologiques ont été fermés depuis le 30/03/2020 

    • Une unité dédiée à l’accueil des « patients vulnérables » de l’EPSMR a été mise en place depuis le 30/03/2020 
    Le choix de l’unité Alamandas sur le site de Bras Fusil a été fait pour cette unité dédiée. Le choix des patients est réalisé par les médecins somaticiens et les nouveaux entrants sont admis à l’issue de la quatorzaine. 

     

    L’ACCUEIL DES PATIENTS SECURISE POUR LE PATIENT ET POUR LE PERSONNEL SOIGNANT 

    1. Une unité dédiée pour les patients suspects et une unité de quatorzaine 

    L’unité Cardamome se transforme et se scinde en deux sous unités (depuis le 30/03/2020) avec : 

    - un secteur « zone grise » dédié aux admissions et aux patients suspects.Un accueil est dédié aux patients entrants des trois pôles (Est, Nord et Ouest). La prise en charge se fait sur : 

      les patients en attente de résultats des tests COVID-19 réalisés dans les services des urgences, les patients refusant le test COVID-19, 

      les patients en entrée directe (SDRE, CMP) (test COVID-19 Laboratoire Cerballiance / Centre de Lutte Anti Tuberculeuse), 

      les patients susceptibles d’un retour immédiat à domicile après un bilan psychiatrique ; 

    L’hébergement se fait en chambre seule, avec un service des repas et une administration des médicaments et des soins individualisés. Une équipe (renforcée en temps aide-soignant) est dédiée et le personnel porte des masques chirurgicaux. Si les patients présentent des symptômes COVID-19, des tenues de protection complètes sont mis à leur disposition. 

    - un sous-secteur dit de « quatorzaine »: un accueil est dédié aux patients entrants des trois pôles (Est, Nord et Ouest) et issus du secteur « zone grise » et testés COVID-19 négatif. 
    L’hébergement se fait en chambre seule, avec un service des repas et une administration des médicaments et des soins individualisés. Une équipe est dédiée et le personnel porte des masques chirurgicaux. Si les patients présentent des symptômes COVID-19, des tenues de protection complètes sont mis à leur disposition. 
    Les patients sont orientés vers l’unité Jasmin en cours de quatorzaine ou retournent à leur domicile. 

    2. Une deuxième unité de « quatorzaine » : 

    Dans l’unité Jasmin depuis le 03 /04/2020 : un accueil est dédié aux patients entrants des trois pôles (Est, Nord et Ouest) depuis la zone « quatorzaine » de l’unité Cardamome. L’unité est dédiée à la poursuite des quatorzaines débutées à l’unité Cardamome. 

    L’hébergement se fait en chambre seule, avec un service des repas, une administration des médicaments et des soins individualisés pour éviter les regroupements. Une équipe est dédiée et le personnel porte des masques chirurgicaux. Si les patients présentent des symptômes COVID-19, des tenues de protection complètes sont mis à leur disposition.

    Les patients sont orientés vers les autres unités de l’EPSMR à l’issue de la quatorzaine ou retournent à leur domicile en cours de quatorzaine. 

    A rappeler que tout patient dépisté COVID + est orienté vers le CHU Nord (appel du centre 15). 

    Dans l’attente, le patient est placé en isolement strict. Les professionnels doivent s’habiller en tenue complète pour tous les soins réalisés : 

    • Surblouse 
    • Charlotte 
    • Masque 
    • Gants 
    • Lunettes 

     

    II b) – EN INTRA HOSPITALIER, les aménagements en hospitalisation complète 

    DES DECISIONS PRISES TRES TOT POUR LA SECURITE DE TOUS 

    • Une décision de suspendre les visites et les permissions a été prise depuis le 17 mars, de même pour les activités de groupe et le développement des suivis en individuels. 

    • Les patients sont désormais accompagnés individuellement pour circuler sur les sites d’hospitalisation. Les temps de repas ont été réorganisés. 

     

    III – LES DISPOSITIFS MIS EN PLACE, pour soutenir le personnel et la population 

    LE LIEN AVEC LES PATIENTS EST MAINTENU, LE PERSONNEL HOSPITALIER ET LA POPULATION SONT SOUTENUS 

    Les équipes mobiles 
    L’équipe mobile de géronto psychiatrie, l’équipe mobile spécialisée, l’unité de liaison médicosociale et l’unité de psychotrauma continuent à intervenir auprès des personnes soignées pour maintenir « du lien » indispensable en cette période de crise. 

    Le Care – Centre d’Appui en Réhabilitation 
    Un suivi de la file active du Care est assuré par l’équipe médicale. 

    Le centre d’appel public et soignant 
    L’Etablissement Public de Santé Mentale de La Réunion et la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique Océan Indien (CUMP OI), avec le soutien de l’ARS La Réunion, proposent depuis le lundi 30 mars 2020, un numéro d’appel gratuit de soutien médico-psychologique à la population, mais également, aux professionnels de santé qui en ressentent le besoin. 

    Numéro vert gratuit : 0800 200 840 du lundi au vendredi de 09h à 18h 

     

    photo de

    Coronavirus, maintenir le lien avec tous les patients en confinement

    6 avril 2020 12:49

    Dans le cadre du Coronavirus, l’EPSMR a dû prendre de nombreuses dispositions pour continuer ses services et soins. Depuis le 17 mars, la règle est au confinement.

    Afin de maintenir le lien avec tous les patients en confinement, l’EPSMR met en place des permanences dans les CMP et CMPEA de l’île. Ses équipes sont à l’écoute et sont joignablespartéléphone et par téléconsultation.

    En cas de besoin et pour toutes questions, n’hésitez pas à appeler le CMP ou le CMPEA le plus proche de chez vous, du lundi au vendredi entre 8h et 16h.

    Liste des CMP et CMPEA : 

    SECTEUR EST

    Adulte :

    • Centre Médico-Psychologique de Saint-André
      Adresse : 210 rue Dumesgnil d’Engente 97440 Saint André
      N° secrétariat : 02 62 46 26 53
      Skype : CMP ST ANDRE EPMSR
       
    • Centre Médico-Psychologique de Saint-Benoît
      Adresse : 43, rue Leconte Delisle-Beaulieu - 97470 Saint-Benoît
      N° secrétariat : 02 62 50 11 05
      Skype : CMP ST BENOIT EPSMR

     

    Enfant et adolécent:
     

    • Centre Médico-Psychologique pour Enfants et Adolescnets de Saint-André
      Adressse : 210, rue Dumesgnil d'Engente - 97440 Saint-André
      N° secrétariat : 02 62 58 87 30
      Skype : CMPEA ST ANDRE EPSMR
       
    • Centre Médico-Psychologique pour Enfants et Adolescnets de Saint-Benoît
      Adressse : 33, rue Amiral Bouvert - 97470 Saint-Benoît
      N° secrétariat : 02 62 50 29 10
      Skype : CMPEA  ST BENOIT EPSMR

     

    SECTEUR NORD

    Adulte :

    • Centre Médico-Psychologique Duplessis à Sainte-Clotilde
      Adresse : 1, rue Duplessis -  97490 Sainte-Clotilde
      N° secrétariat : 02 62 97 95 30
      Skype : CMP DUPLESSIS EPSMR

    • Centre Médico-Psychologique Labourdonnais à Saint-Denis
      Adresse : 95, rue Labourdonnais - 97400 Saint-Denis
      N° secrétariat : 02 62 21 34 59 
      Skype : CMP ST DENIS EPSMR

     

    Enfant et adoléscent :

    • Centre Médico-Psychologique pour Enfants de Sainte-Clotilde
      Adressse : 7, boulevard dy Chaudron, Immeuble Triton - 97490 Sainte-Clotilde
      N° secrétariat : 02 62 28 35 61
      Skype : CMPEA 2 CANONS EPSMR
       
    • Centre Médico-Psychologique pour Enfants et Adolescents de Sainte-Marie
      Adressse : 154, rue Louis Lagourgue-Duparc - 97438 Sainte-Marie 
      N° secrétariat : 02 62 97 07 31
      Skype : CMPEA STE MARIE EPSMR
       
    • Centre Médico-Psychologique pour Enfants et Adolescents de Saint-Denis
      Adressse : 3 ter, allée Ave Maria - 97400 Saint-Denis 
      N° secrétariat : 02 62 41 47 59
      Skype : CMPEA ST DENIS EPSMR

     

    SECTEUR OUEST

    Adulte :

    • Centre Médico-Psychologique  de La Possession
      Adresse : 63 E, rue Leconte de Lisle - 97419 La Possession
      N° secrétariat : 02 62 42 72 60 
      Skype : CMP LA POSSESSION EPSMR

    • Centre Médico-Psychologique de Saint-Paul
      Adresse : 11, rue de l'Hôpital - 97460 Saint-Paul
      N° secrétariat : 02 62 45 44 03
      Skype : CMP ST PAUL EPSMR
       
    • Centre Médico-Psychologique de Saint-Leu
      Adresse : 67, allée des Flmaboyants Stella - 96724 Piton Saint-Leu
      N° secrétariat : 02 62 74 30 50
      Skype : CMP ST LEU EPSMR

     

    Enfant et adolescent :

    • Centre Médico-Psychologique pour Enfants et Adolescents Le Port
      Adressse : 67, rue M. Joseph, rond-point Rose des Ventes - 97420 Le Port
      N° secrétariat : 02 62 43 00 99
      Skype : CMPEA Le PORT EPSMR
       
    • Centre Médico-Psychologique pour Enfants et Adolescents de Saint-Paul
      Adressse : 25, rue Colbert - 97460 Saint-Paul
      N° secrétariat : 02 62 45 10 20
      Skype : CMPEA ST PAUL EPSMR
       
    • Centre Médico-Psychologique pour Enfants et Adolescents de Saint Leu
      Adressse : 48, chemin des Quatre Robinets - 97424 Piton Saint-Leu
      N° secrétariat : 02 62 74 30 60
      Skype : CMPEA ST LEU EPSMR

     

    _

    photo de

    Coronavirus, un soutien psychologique pour tous

    2 avril 2020 07:31

    La pandémie de Covid-19 frappe actuellementde nombreux pays et plus de 200 cas sont confirmés à La Réunion. Dans ce contexte particulier de crise sanitaire, une souffrance psychique est susceptible d’apparaître avec des symptômes tels que l’anxiété, des troubles du sommeil, pouvant être accentués compte tenu des mesures de confinement imposées pour limiter la propagation de l’épidémie sur le territoire. Aussi, l’Etablissement Public de Santé Mentale de La Réunion et la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique Océan Indien, avec le soutien de l’ARS La Réunion, proposent depuis le lundi 30 mars 2020, un numéro d’appel gratuit de soutien médico-psychologique à la population, mais également, aux professionnels de santéqui en ressentent le besoin.

     

    UN NUMERO VERT REGIONAL D’ECOUTE PSYCHOLOGIQUE

    0 800 200 840  (appel gratuit)
    du lundi au vendredi de 9h à 18h


    UNE EQUIPE DE PROFESSIONNELS A L’ECOUTE DE LA POPULATION

    Ce dispositif régional est coordonné par la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique Océan Indien (CUMP Océan Indien), qui dispose d’une équipe de professionnels expérimentés dans la gestion des situations d’urgences médico-psychologiques.

    Pour la population

    Afin d’aider au mieux la population à traverser cette crise  et en fonction de l’évaluation de la situation de stress des appelants, deux dispositifs sont disponibles :

    • une écoute bienveillante,assurée pardes bénévoles associatifspartenaires,
    • une téléconsultation,assurée pardes professionnels du soin médico-psychologique (infirmiers, psychologues et psychiatres).  

    N'hésistez pas à les appeler, ils seront a votre écoute.

    photo de

    Coronavirus, suspension des visites jusqu’à nouvel ordre

    18 mars 2020 06:54

    Dans le cadre de l’application des mesures nationales, et pour ralentir la propagation de l’épidémie auprès des personnes fragiles, l'Établissement public de santé mentale de La Réunion (EPSMR) est dans l’obligation de suspendre jusqu’à nouvel ordre toutes les visites aux patients, les permissions et accès à l’hôpital de toutes personnes extérieures non habilitées par la direction.

    À titre exceptionnel, les visites aux patients pourront toutefois être organisées à demande d’un médecin, sur la base d’une feuille de visite qui sera remise par le service.

    Ces mesures s’appliquent à compter du 18 mars 2020 dans tous les services de l'EPSMR. Nous vous remercions pour votre compréhension.

    photo de

    Coronavirus, limitation des visites

    17 mars 2020 08:13

    L'EPSMR prend des dispositions restrictives concernant l’accès des visites. L’hôpital n’autorise pas plus d’une personne parvisite ; l’interdiction des visites pour les personnes mineures ; l’interdiction des visites pour toute personne présentant des symptômes de type respiratoire et l’interdiction des visites pour les personnes venant de zones où circule activement le virus.

    N'oubliez pas les gestes barrière, cliquez ici pour télécharger l’affiche.

    photo de

    Coronavirus, les visites en Ehpad sont interdites

    17 mars 2020 07:50

    Le plan bleu a été déclenché le 6 mars 2020 dans les Ehpad et les établissements médico-sociaux pour faire face à l'épidémie de coronavirus et protéger les plus fragiles que sont notamment les personnes âgées. suite à cette mise en place, il a été décidé que toutes les visites dans les Ehpad étaient suspendu jusqu'à nouvelle ordre.

    N'oubliez pas les gestes barrière, cliquez ici pour télécharger l’affiche.

    photo de

    La musique à l'honneur

    5 juillet 2019 05:20

    C'est une tradition à l'EPSMR : chaque 21 juin, l'établissement fête la musique avec ses patients sur les deux sites de Cambaie et de Bras Fusil. Cette année à Saint-Paul, la Maison des usagers avait convié une troupe de percussions pour une longue déambulation rythmée dans le parc. Ambiance et sourires au menue de cette après-midi festive. 

     

    photo de

    30èmes Semaines d'Information en Santé Mentale

    20 mars 2019 06:38

    Du 18 au 31 mars, comme partout en France, la Réunion se mobilise pour les 30èmes Semaines d’Information en Santé Mentale. L’EPSMR, le CHU Sud et tous leurs partenaires organisent divers événements sur toute l’île. Avec un thème central : la santé mentale à l’ère du numérique.

     

     

    Depuis la démocratisation d’internet dans les années 1990, les technologies de l’information et de la

    communication (TIC) ont touché toutes les sphères de notre société. La santé mentale est aussi concernée par ce virage numérique. En plus d’assister au développement exponentiel d’outils divers et variés, nous constatons que le numérique a un impact global sur la santé mentale. Les usages d’internet ont fait évoluer aussi bien notre santé mentale que notre vision de la santé mentale. Immense plateforme d’informations, espace de partage des savoirs et de démocratisation de la connaissance, le web est aussi un lieu idéal pour favoriser l’entraide via les réseaux sociaux et les blogs d’usagers. Ces outils encouragent le développement de nouvelles formes d’empowerment des personnes. Autant de supports pour aller vers le mieux-être de chacun et le rétablissement des usagers en psychiatrie.

     

    Au-delà d’internet, les multiples technologies disponibles sont désormais employées au service de la santé mentale. On parle alors de la e-santé mentale, que l’OMS définit comme « les services du numérique au service du bien-être de la personne » et qui englobe notamment (1) :

    - Les applications de santé et de bien-être pour les patients et les citoyens en général : suivi de traitement, hygiène de vie, objets connectés, etc.

    - Les nouveaux outils numériques au service des pratiques médicales et de la prévention : consultations et aide à distance, réalité virtuelle appliquée aux soins, intelligence artificielle (algorithmes par exemple), jeux vidéo éducatifs, etc.

    - La formation en santé : MOOC, e-learning, etc.

    - Les blogs, réseaux sociaux et forums.

    Mais l’évolution des usages des technologies de l’information et de la communication peut aussi être une source potentielle de mal-être : cyberharcèlement aux conséquences parfois dramatiques, cyberdépendances (aux écrans, aux jeux vidéo, etc) à tous les âges de la vie. A cela vient s’ajouter une vigilance particulière nécessaire face à la surproduction et la surconsommation d’informations (infobésité) de qualité variable. Le décryptage et le filtrage des contenus relatifs à la santé mentale nécessitent une réelle pédagogie pour sensibiliser les utilisateurs et les accompagner vers la maturité digitale.

     

    LE PROGRAMME DÉTAILLÉ : 

    - - - Mardi 19 mars

    • Séance de ciné/ loisir à destination des patients hospitalisés de l’EPSMR, dans la salle du tribunal 13h30-15h30 (Site du Grand Pourpier). Entrée réservée aux patients.

    • Théâtre-débat avec la pièce «Le délirium du papillon » par Emmanuel Gil à Lespas Leconte de Lisle à partir de 19h. Débat animé par le Dr Onde et le Dr Swartebroeckx. Entrée payante.

    - - - Mercredi 20 mars

    • Conférences et débats au CHU Sud autour de la santé mentale à l’ère du numérique. Organisés par le Pôle de Santé Mentale du CHU de La Réunion et l’Association de Thérapie Comportementale et Cognitive de l’Océan Indien. Parmi les thèmes abordés : la remédiation cognitive assistée par l’ordinateur, la relaxation par induction musicale numérique, la méditation instruite par le smartphone ou encore la cohérence de la fréquence cardiaque facilitée par les applications. Rendez-vous dans l’amphithéâtre de l’Institut des soins infirmiers du Centre Hospitalo-Universitaire de Saint-Pierre, de 9h à 16h. Entrée libre et gratuite.

    • Théâtre-débat avec la pièce «Le délirium du papillon » par Emmanuel Gil à Lespas Leconte de Lisle à partir de 19h. Débat animé par le Dr Onde et le Dr Swartebroeckx. Entrée payante.

    - - - Jeudi 21 mars

    • « Bon jour des parents » de l’association « tu es mon autre ». Sur le thème : « Mes enfants accros aux écrans », avec Kooli psychothérapeute. De 9h à 11h au 1, chemin Bœuf Mort, résidence les Treilles, Quartier Cœur de ville, La Possession. Entrée libre et gratuite.

    • Le CMPEA de Saint Leu propose une intervention autour du « cyber harcèlement » à destination des jeunes patients (animé par le Dr Bardot). Dans le même temps, le CATTP de Saint Leu organise des rencontres / échanges avec les parents autour des avantages et des inconvénients des écrans. Sur le site de Saint-Leu, de 13h30 à 16h. Entrée réservée aux patients et proches.

    • Théâtre-débat avec la pièce « Le délirium du papillon » par Emmanuel Gil à la salle Vladimir Canter à 20h. (Débat animé par le Dr Ramez). Entrée payante.

    - - - Vendredi 22 mars

    • Matinée d’information et de sensibilisation dans le jardin de la mairie de Saint-Paul. Avec les services de l’EPSMR et leurs associations partenaires. De 9h à 12h. Entrée libre et gratuite

    • Théâtre-débat avec la pièce « Le délirium du papillon » par Emmanuel Gil à Saint-Pierre (débat animé par le Dr Christen). Entrée payante.

    • Journée portes ouvertes au GEM de Saint-Paul de 8h à 15h.Entrée libre et gratuite

    - - - Mardi 26 mars

    • Ciné-débat animé par le Dr Bajyana Songa et le Dr Bouthier. Projection du film « Men, Women and Children » le mardi 26 mars à partir de 19h à la médiathèque A.L.Roussin de Saint-Benoît. Entrée gratuite, réservée aux lycéens et aux adultes.

    - - - Jeudi 28 mars

    • L’HDJE du Port propose une sensibilisation autour des écrans à destination des parents des patients. De 13h30-15h30. Entrée réservée aux patients et proches.

    • « Bon jour des parents » de l’association « Tu es mon autre ». Sur le thème : «Les dangers des écrans sur mes enfants », avec M. Fabrice Payet, cadre de santé de l’EPSMR, technicien d’encadrements des conduites addictives. A partir de 16h30  au 1, chemin Bœuf Mort, résidence les Treilles, Quartier Cœur de ville, La Possession. Entrée libre et gratuite.

    - - - Vendredi 29 mars

    • La CUMP OI présente le dispositif VigilanS dans la salle du front de mer de Saint-Paul de 9h à 11h.

    Entrée libre et gratuite.

     

     

    photo de

    Mobilisation contre la dengue

    13 décembre 2018 07:03

    Avec près de 7000 cas de dengue confirmés depuis le début de l’année 2018, l’épidémie de dengue se maintient toujours et se diffuse sur l’île. Nous devons plus que jamais nous protéger et lutter contre les moustiques. C’est pourquoi la préfecture de La Réunion et l’ARS Océan Indien lancent une nouvelle campagne de communication en ce début d’été austral.

     

    NOU TOUT’ ENSEMB ! ON SE PROTEGE CONTRE LA DENGUE, ET VOUS ?

     

    En effet l’été est là et afin d’empêcher une épidémie de grande ampleur à La Réunion, chacun doit :

     

    -          Se protéger des piqûres de moustiques ainsi que son entourage

    -          Vider tout ce qui peut contenir de l’eau (lieux propices au développement de gîtes larvaires)

    -          Consulter immédiatement son médecin traitant en cas d’apparition de symptômes (forte fièvre, maux de tête, douleurs musculaires et/ou articulaires, éruption cutanée)

     

    >>  Ensemble, MOBILISONS NOUS pour lutter contre la dengue !

    photo de

    La Communauté Territoriale de Santé Mentale974 se met en place…

    5 avril 2018 12:43

    Les acteurs de la santé mentale de La Réunion – institutions sanitaires publiques et privées autorisées en psychiatrie, institutions sociales et médico-sociales, professionnels de santé libéraux, réseaux de santé, associations d’usagers et familles d’usagers – sont convenus de créer une Communauté Psychiatrique de Territoire. Forts de l’approbation de sa convention constitutive par l’ARS les membres de la Communauté Territoriale de Santé Mentale974se sont retrouvés récemment retrouvés à l’EPSMR pour la première réunion de la Commission de Communauté. Pour mémoire l’EPSMR établissement pivot de la santé mentale à La Réunion est l’hébergeur de la CTSM974. Au cours de cette réunion les membres de la Communauté sont unanimement convenus que la CTSM974 devait s’investir dans l’élaboration du futur Projet Territorial de Santé Mentale (PTSM) de La Réunion. Grace à l’appui de l’ARS la CTSM974 accueillera prochainement son (sa) futur(e) Coordonnateur(trice) de la Communauté. Celui-ci (celle-ci) sera chargé(e) de faire vivre ladite communauté, d’animer le travail autour du PTSM dans le prolongement des réflexions menées dans le cadre du Projet Régional de Santé 2 et sous l’égide de l’ARS avec l’appui de l’ANAP sur les « Parcours de santé, de vie des personnes handicapées psychiques à La Réunion ». La Communauté peut d’ores et déjà inscrire à son actif deux actions concrètes à savoir :

    • L’accueil à l’EPSMR de quatre stagiaires du médico-social dans le cadre de de stages d’enrichissement professionnel croisés entre professionnels de la psychiatrie et du médico-social,

    • La mise en place d’un dispositif expérimental de relayage qui vise à assurer une réponse accompagnée aux personnes en situation de handicap psychique du territoire Nord de La Réunion.

    témoignant ainsi de son engagement en faveur d’une approche fédérative et décloisonnée sur tous les sujets tournant autour de la santé mentale à La Réunion.

    photo de

    Semaine d'information sur la santé mentale

    4 avril 2018 12:05

    Dans le cadre des 29èmes Semaines d’Information sur la Santé Mentale (SISM), campagne nationale de sensibilisation, l’EPSMR et ses partenaires organisent une vingtaine d’événements sur toute l’île du 14 au 30 mars. Conférences, débats, journées portes ouvertes, groupes de paroles, table-rondes et autres expositions marqueront localement cette édition 2018 consacrée aux problématiques de la parentalité et de l’enfance.

    « Le bien être, c’est être bien. C’est un droit et un devoir, envers soi, envers les autres, dès le plus jeune âge »1. La question du bien-être et de la préservation d’une bonne santé mentale tout au long de sa vie se pose très tôt. « Environ 20% des enfants et des adolescents dans le monde présentent des troubles ou des problèmes mentaux. Dans la moitié des cas, les troubles mentaux2 se déclarent avant l’âge de 14 ans. Ils figurent parmi les principales causes d’incapacité chez les jeunes dans le monde.3» (OMS). A la Réunion comme en France, c’est un enfant sur huit qui serait concerné par ces troubles4. Une prise en compte précoce des troubles conditionne leur évolution. De plus, l’apparition d’un trouble chez un enfant touchant également les proches, il est important de les associer et de mieux les accompagner au repérage, dès la périnatalité5.

    Si la naissance d’un enfant est un événement clé dans la vie, il est aujourd’hui reconnu que l’accouchement peut engendrer divers troubles psychiques maternels. La dépression postnatale est l’un des troubles du post-partum les plus largement étudiés et concernerait entre 10 et 20 % des mères6. Quant au baby blues, il toucherait entre 50 et 80 % des femmes et 5 à 10% des hommes7.

    Les questions liées à la parentalité peuvent également se poser lorsque l’on fait face soi-même à une souffrance ou à des troubles psychiques. Cela peut impacter les 3 dimensions du concept de parentalité définies par Didier Houzel : l’exercice de la parentalité (ensemble des droits et des devoirs), les pratiques de la parentalité (les actes concrets de la vie quotidienne) et l’expérience de la parentalité (le fait de se sentir ou non parent).

    Au cours de ces 29es Semaines d’information sur la santé mentale, les questions suivantes seront abordées, lors de manifestations organisées à la Réunion et dans toute la France :

    • Comment promouvoir la santé mentale et le bien-être des enfants ? Quels rôles pour les familles ? La communauté éducative ? Les acteurs du soin ?
    • Quelles ressources pour répondre aux besoins de santé mentale des enfants?
    • Comment prendre en compte les facteurs sociaux et environnementaux (précarité, habitat, chômage etc.) qui agissent sur le bien-être et la santé mentale ?
    • Quels accompagnements à la parentalité pour les parents souffrant de troubles psychiques ?
    • Les troubles psychiques de l’enfant : Quelles particularités ? Troubles internalisés, externalisés ? Quels dépistages ? Quelles réponses ? Quels accompagnements pour l’enfant et les parents ?
    • Les problèmes de santé mentale avant, pendant et après la grossesse ?
    • Baby blues, dépression parentale, post-partum : et les pères ?
    • Parents d’enfants, parents d’adolescents : Quelles évolutions ? Quelles continuités ? Quelles spécificités ?
    • Comment accompagner au mieux les nouvelles formes de parentalité dans toutes leurs diversités ?

    Vous trouverez aux côtés de ce communiqué de presse le programme officiel complet de ces 29èmes Semaines d’Information sur la Santé Mentale à la Réunion ainsi que les coordonnées des différents organisateurs locaux de manifestations.

     

    1 Plan d’action en faveur du bien-être et de la santé des jeunes, Rapport du Pr Moro et de M. Brison au Président de la République, 2016. 2 Troubles mentaux : autisme, hyperactivité, troubles obsessionnels compulsifs, troubles de l’humeur, anxiété, anorexie, boulimie etc. 3 10 faits sur la santé mentale - OMS. 4 Troubles mentaux : dépistage et prévention chez l’enfant et l’adolescent, INSERM, 2003. 5 Mission d’information sur la situation de la psychiatrie des mineurs en France, Sénat, 2017. 6 Du pré-partum au post-partum : étude des profils et des symptomatologies maternelles, Poggi, Bertoli, Séjourné, Chabrol, Goutaudier, 2016. 7 A Longitudinal Study of Paternal Mental Health During Transition to Fatherhood as Young Adults, Garfield and co, 2014.